«Harry & Meghan», le grand ressassement

Est-ce que ça serait trop facile de dire qu’on s’en fout royalement?

Bienvenue dans Anaïs regarde beaucoup trop de choses. Le principe de cette chronique est simple: après avoir regardé tout et n’importe quoi à la télé, notre experte séries Anaïs Bordages repousse ses limites au-delà du petit écran.

«Que diable s’est-il passé?», s’interroge Harry face caméra, en se filmant sur son téléphone portable à l’aéroport, dans la suite Windsor, comme on le fait tous après une prise de tête avec notre frère. C’est ainsi que démarre Harry & Meghan, série documentaire qui met en scène l’intimité de l’ancien couple royal, et leur combat très public pour le droit à la vie privée.

En ce qui concerne la vie de Monsieur et Madame Sussex, je suis aussi neutre qu’une huile de tournesol. Certes, j’ai la même fascination malsaine pour l’argent et le pouvoir que le citoyen moyen. Mais le seul truc qui m’avait vraiment intéressée dans la saga du Megxit, c’était la succession de robes colorées portées par Meghan lors de sa dernière semaine en tant que membre de la famille royale. On ne peut que respecter un tel doigt d’honneur textile à sa belle-famille.

À part ça, soyons clairs: je me moque royalement (désolée) de l’histoire de ce couple. La seule raison pour laquelle j’ai fini par regarder …

Lire la suite

“Astérix aux Jeux olympiques” ce soir sur TF1 : faire aussi bien que “Mission Cléopâtre” ?

Ce soir, TF1 diffuse « Astérix aux Jeux olympiques », la troisième adaptation en prise de vues réelles de la célèbre bande dessinée de Goscinny et Uderzo.

Ces temps-ci, TF1 consacre ses lundis soirs à la rediffusion de films Astérix en prise de vues réelles. La sortie dans les salles d’Astérix et Obélix : L’Empire du Milieu n’est très certainement pas étrangère à cette programmation. Ce 6 février 2023, moins d’une semaine après le lancement du long-métrage de Guillaume Canet, la première chaîne propose donc Astérix aux Jeux olympiques, troisième adaptation cinématographique et non animée de l’œuvre d’Albert Uderzo et René Goscinny.

“Astérix aux Jeux olympiques” : Clavier remplacé

Astérix aux Jeux olympiques, le film, se base sur la bande dessinée du même nom. Dans cette nouvelle aventure, le Gaulois au casque ailé n’est plus interprété par Christian Clavier mais Clovis Cornillac. Gérard Depardieu est quant à lui conservé dans le rôle d’Obélix, et Alain Delon récolte les lauriers de César portés plus tôt par Alain Chabat.

Le fils de César à battre

C’est bien pour rendre service à Alafolix (Stéphane Rousseau), épris de la princesse Irina (Vanessa Hessler), qu’Astérix et Obélix acceptent de se rendre en Grèce pour prendre part aux Jeux Olympiques. Il leur faudra notamment se défaire de Brutus (Benoît Poelvoorde), fils de César.

“Mission Cléopâtre” à 5 millions la semaine passée

La semaine dernière, Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre avait réuni 5 millions de téléspectateurs sur TF1. Sachant qu’au cinéma, cette adaptation-là est celle ayant attiré le plus de monde en France avec près de 15 millions de spectateurs, Astérix aux Jeux olympiques part avec un désavantage. À moins que la réception mitigée de L’Empire du Milieu ne conduise à la réhabilitation d’un film qui, en 2008, semblait signer le commencement d’un déclin pour la franchise sur grand écran.

Karen Carpenter, batteuse et chanteuse géniale, victime de son image parfaite

Morte à 32 ans il y a quarante ans, la moitié du duo The Carpenters a incarné une certaine idée de l’Amérique tout en entretenant le mystère sur son anorexie mentale. Sa disparition a levé le voile sur ce sujet alors tabou.

La musique américaine des années 1970 est un fantasme. Elle rayonne par son irrévérence, par sa contestation, se fait écho des affres géopolitiques d’alors, la guerre du Vietnam en premier lieu. Cette image d’Épinal n’a pourtant pas de fondement. Durant cette décennie embrasée, toute une part de l’industrie musicale états-unienne est au diapason du rêve américain, rend pérenne et bien réel l’avènement des classes moyennes et des banlieues sans troubles hérité des années 1950.

Les Carpenters sont cela: un duo composé d’un frère, Richard, et d’une sœur, Karen, blancs, aimés, aimants, chantant l’amour avec une dextérité plus empruntée au easy listening de Burt Bacharach qu’à la furie des hippies dont ils sont, un peu, le pendant traditionaliste. Karen Carpenter, batteuse et chanteuse du groupe, est une victime de cette image lisse et parfaite.

Comment une jeune femme rayonnante, bien sous tous rapports, prônant souvent des valeurs conservatrices, pourrait-elle s’autodétruire et emporter avec elle ce modèle bon chic bon genre supposément protecteur? Sa mort, survenue le 4 février …

Lire la suite

5 films passionnants qui osent briser le tabou du poil féminin

Invisible et rasé, il demeure un tabou. Voyant, il devient forcément militant. Ainsi s’illustre l’enjeu épineux du poil féminin dans notre société. Et c’est pareil à l’écran. C’est ce que démontre Jade Debeugny dans son essai passionnant, « Le poil féminin à l’écran ».

Où sont les poils des femmes ? Des artistes populaires ont beau essayer de lutter contre la norme de l’épilation – comme Angèle lorsqu’elle s’affiche toutes aisselles dehors dans le clip de Balance ton quoi – le tabou du poil au féminin a encore bien du mal à être renversé. Dans la société bien sûr, mais aussi à l’écran. Au ciné, le poil devient aussi éloquent lorsqu’il surgit sur la peau d’un personnage, que lorsqu’il s’avère cruellement absent – ou rasé.

C’est ce que nous démontre avec minutie Jade Debeugny dans son passionnant essai, Le poil féminin à l’écran. Prolongement des réflexions féministes les plus stimulantes (comme celles d’Iris Brey et de son Regard féminin), ce texte limpide réunit des univers aux résonnances multiples – ceux des réalisatrices Céline Sciamma et Julia Ducournau ou encore Virginie Despentes – pour décrypter le sens du poil : la manière dont il est dévoilé, la raison de sa présence, ce qu’il…

Lire la suite

Les propos de Serge Lama sur sa santé : “Je ne veux plus me montrer aujourd’hui car physiquement, je suis très abîmé”

Dans les colonnes du Journal du Dimanche, Serge Lama a indiqué qu’il ne se rendra pas aux ‘Victoires de la musique’ alors qu’il devait recevoir un prix d’honneur.

Aujourd’hui, je serais obligé de chanter assis

Son ‘prix d’honneur’, Serge Lama a fait le choix de ne pas aller le chercher sur scène le vendredi 10 février prochain à l’occasion des ’38èmes Victoires de la Musique‘.

60 années de carrière pour Serge Lama

Interrogé dans le JDD, le chanteur de 80 ans (il les aura de 11 février) a donné les raisons de son absence : “C’était ma seule condition pour accepter ce prix. Je ne veux pas me montrer aujourd’hui. Je préfère rester sur ce que j’étais. Aujourd’hui, je serais obligé de chanter assis et ce n’est pas ce que le public veut voir… Physiquement, je suis très abîmé. J’ai beaucoup de mal à marcher. Vous savez, c’est difficile“, a-t-il reconnu chez nos confrères.

Le chanteur garde en souvenir sa dernière tournée de 2017 : “Cette dernière tournée avait déjà été très éprouvante mais elle était formidable, je défendais bien mes chansons“, a confessé l’interprète de ‘Je suis malade’ qui dit ne plus supporter ses douleurs.

Ma jambe, cela fait bientôt soixante ans qu’elle me porte et elle en a marre

En 1965, Serge Lama était victime d’un très grave accident de la route, depuis ce temps, il a énormément de mal à se déplacer : “Cela fait bientôt soixante ans que je vis sur une seule jambe. L’autre ne m’obéit pas et c’est celle-ci qui porte tout. Maintenant, elle en a marre“.

Je me suis battu alors que j’étais entre la vie et la mort

Récemment dans l’émission “Sept à Huit”, il précisait à Audrey Crespo-Mara : “Je me suis battu alors que j’étais entre la vie et la mort. C’était vraiment ‘fifty-fifty’. Le docteur m’a dit : ‘monter sur scène, à mon avis, vous ne pourrez plus jamais faire ça. Il faut tout de suite que vous commenciez à penser votre vie autrement’. Je lui ai dit : ‘écoutez-moi bien, docteur, non seulement, je recommencerai à marcher, mais vous verrez mon nom sur le fronton de l’Olympia’. J’ai tenu parole“.