Google modifie à distance un paramètre sur des smartphones sans prévenir

Android Pie (Google)
Begeek - AA

Avoir un appareil électronique constamment connecté n'est pas sans conséquences. On pense aux mises à jour automatiques, par exemple. Mais Google est allé plus loin.

Hier, plusieurs possesseurs de smartphones Google Pixel et autres appareils sous Android 9 Pie ont remarqué que la fonctionnalité d'économie de batterie avait été activée - comme par magie ! -. Et bizarrement, celle-ci s'est enclenchée alors que les téléphones avaient quasiment une batterie pleine. Comme le rapporte Android Police, certains ont d'abord cru à un bug mineur dans la dernière version d'Android, sortie il y a quelques semaines seulement. D'autres pensaient l'avoir activée sans s'en rendre compte...

Google active par erreur un paramètre à distance sur des smartphones Android

Il s'avère finalement que la faute incombe à Google. La firme de Mountain View a publié un message sur Reddit reconnaissant "une expérimentation interne pour tester les fonctionnalités de préservation de la batterie qui s'est par erreur activée pour davantage d'utilisateurs que prévu." Google a donc à distance, et accidentellement, modifié un paramètre sur les téléphones d'un certain nombre de clients. "Nous avons désormais remis le paramètre à sa valeur par défaut. Vous pouvez le configurer comme vous le souhaitez", écrivait l'équipe Pixel sur Reddit avant de s'excuser pour cette erreur.

Et le souci ne fut pas limité aux seuls smartphones Pixels. Des appareils comme les Essential Phone, OnePlus 6, Nokia et d'autres sous Android Pie (même en bêta) ont vu l'économiseur de batterie s'activer sans la moindre action de l'utilisateur. Une fois enclenché, ce mode empêche les applications de rafraîchir leur contenu si vous ne l'ouvrez pas, bloque l'utilisation des services de localisation quand l'écran est éteint, empêche les applications de travailler en arrière-plan et retarde certaines notifications.

Une mesure qui n'a rien de nouveau mais qui inquiète

Apple et Google ont tous deux des procédures d'urgence pour forcer des mises à jour déclencher des modifications sur iOS et Android, respectivement. Une option nécessaire pour la sécurité des utilisations. Et cela n'a rien de nouveau. En 2008, Steve Jobs confirmait qu'Apple avait un interrupteur à disposition pour les applications malveillantes. Mais cette fois, c'est la nature silencieuse et finalement assez invasive de l'opération de Google qui est pointée du doigt.

On aurait pu se dire qu'il y avait davantage de murs entre les tests en interne d'Android et l'Android installé sur les machines du grand public, mais la frontière est finalement assez mince.

X fermer la publicité
     © Free 2018