Murray, ça sent mauvais

 lt;p gt;Andy Murray n #39;est pas gu eacute;ri. (Reuters) lt;/p gt; ()
Sports.fr - AA

Pas de tournoi de Brisbane pour Andy Murray. Le Britannique a décliné avant son entrée en lice, toujours à cause de sa hanche. La cote de sa non-participation à l'Open d'Australie monte forcément en flèche.

Andy Murray n'y coupe pas. Il était pourtant le seul cador de l'ATP, ces jours derniers, à échapper à la prolongation de son séjour à l'infirmerie. Contrairement à Rafael Nadal, Novak Djokovic ou Stan Wawrinka, qui ont tous repoussé leur rentrée alors qu'ils étaient inscrits sur des tournois... Mais voilà, l'ancien n°1 mondial est bel et bien soumis au même régime. Tête de série n°2 du tournoi de Brisbane, il a annoncé mardi son forfait à cause de sa maudite hanche. La douleur reste salement récalcitrante.

"Je suis très déçu, a-t-il lâché en conférence de presse. J'étais venu avec l'intention de réussir un gros début pour mon année, mais malheureusement, mon équipe et moi sentons bien que je ne suis pas prêt à jouer au meilleur niveau." Autant l'énoncer clairement: ce n'est pas du tout un bon signe pour l'Open d'Australie, qui s'ouvre dans moins de 15 jours. Vendredi, il avait pourtant effectué un retour surprise lors du tournoi exhibition d'Abu Dhabi, remplaçant au pied levé "Djoko", son illuste compagnon d'infortune.

Au mieux, il s'engagera sur une jambe

Battu 6-2 par Roberto Bautista Agut, il avait demandé à ne jouer qu'un seul set. Apparu encore gêné, il n'avait cependant pas laissé transparaître de doute sur sa capacité à enchaîner avec Brisbane, qui allait être sa première sortie officielle depuis Wimbledon, il y a six mois. Au mieux, il s'engagera quand même à Melbourne, mais sur une jambe. Au pire, et c'est plus probable, la première levée du Grand Chelem de la saison se jouera sans lui. Retombé au 16e rang mondial, Andy Murray veut prendre son temps.

"Mes attentes ne sont pas incroyables désormais, car je n'ai pas joué depuis longtemps, a-t-il également concédé au Guardian. Je veux retrouver le plaisir de jouer, ça me manque vraiment. On réévalue ce qui est important pour soi... Je veux être capable de jouer au tennis, je me fiche d'être 30e mondial. J'aimerais être n°1, mais je veux juste jouer. Quand on vous enlève ça, vous vous rendez compte à quel point c'est important. J'espère juste pouvoir revenir à un niveau où je serai vraiment compétitif." On croirait entendre Roger Federer, Rafael Nadal ou Novak Djokovic, à des époques plus ou moins récentes.

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016