Humeur. Quand Laporte redevient sélectionneur...

Bernard Laporte ne souhaitait pas parler  agrave; tout le monde, ce mercredi, au moment d #39;introniser le nouveau s eacute;lectionneur du XV de France. (AFP)
Ouest France - AA

Hier, malgré la tempête balayant l'hexagone, l'Ovalie a fêté Brunel au balcon. Tous ses fans espèrent désormais que le XV de France ne vivra pas Pâques au tison.

C'est que la lente dégringolade des Bleus agace et lasse. Au fil d'une litanie de désillusions, la France ne pointe plus qu'au 9e rang mondial. En 2007, elle se pavanait à la 2e place derrière les intouchables All Blacks. Bernard Laporte était alors sélectionneur et son adjoint se nommait Jacques Brunel. Comme on se retrouve...

Aujourd'hui, vu qu'il serait indélicat de tirer sur une ambulance, le XV de France a surtout besoin de réconfort. Donc de soutien. Il est dommage que les signaux envoyés, hier, ne soient pas allés dans ce sens. Pour officialiser la nomination du nouveau sélectionneur, Bernard Laporte avait mandaté son agence de communication afin qu'elle trie les médias sur le volet. Cinq organes de presse écrite ont eu le « privilège » d'être conviés à relayer les propos présidentiels dans le salon d'un hôtel parisien. La porte a claqué au nez des autres...

Quelle étrange idée que d'opérer une sélection pour introniser un sélectionneur ! Choisir, c'est renoncer. À se priver, en l'occurrence, de l'écla...


Plus d'infos sur Ouest-France.fr

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016