Brunel a dit oui au XV de France

 lt;p gt;Jacques Brunel, ancien adjoint sous l #39; egrave;re Laporte (29001-2007) et ex-s eacute;lectionneur de l #39;Italie (2011-2016), f ecirc;tera ses 64 ans le 14 janvier prochain.  lt;/p gt; (ICON SPORT)
Sports.fr - AA

Si Fabien Galthié dément être son futur adjoint, Jacques Brunel, lui, aurait annoncé vendredi matin à ses joueurs de l'UBB avoir accepté à bientôt 64 ans le poste de sélectionneur de l'équipe de France en remplacement de Guy Novès.

Tout porte donc à croire que Jacques Brunel dirigera samedi, au Matmut Atlantique (16h), à l'occasion du derby de l'Ouest face au Stade Rochelais, son dernier match en tant que manager de l'Union Bordeaux-Bègles. A en croire l'indiscrétion relayée sur le compte Twitter du JDD, le Gersois, bientôt âgé de 64 ans - il les fêtera le 14 janvier prochain -, a annoncé ce vendredi matin aux joueurs de l'UBB qu'il quittait ses fonctions parce qu'il a accepté le poste de sélectionneur du XV de France en remplacement de Guy Novès débarqué avec son staff par Bernard Laporte. Le président de la Fédération Française de rugby (FFR) doit communiquer sa décision mercredi 27 septembre.

Scellé par Laporte dans les dernières heures, suite à un audit des acteurs du Top 14 (joueurs internationaux, entraîneurs, présidents), le sort de Guy Novès est donc scellé. Sur un terrible constat d'échec pour le technicien le plus titré de l'histoire du rugby français qui, deux ans après une nomination, qui avait fait naître tant d'espoir, affiche le pire bilan d'un sélectionneur tricolore avec seulement 13 victoires en 21 matches à la tête des Bleus.

Galthié, c'est non

Reste désormais à savoir à l'approche du prochain Tournoi des 6 Nations qui accompagnera Brunel, homme d'expérience, ancien adjoint sous l'ère Laporte (2001-2007), ex-sélec tionneur de l'Italie (2011-2016), dans cette galère. Si Fabien Galthié, dont le nom a été cité, a depuis démenti, malgré sa proximité avec celui qui fut son entraîneur à Colomiers comme en équipe de France, les candidats potentiels restent nombreux entre Franck Azéma (ASM), Pierre Mignoni et/ou Sébastien Bruno (LOU), Xavier Gabajosa et/ou Patrice Collazo (ASR), Jacques Delmas (sans club), pour ne citer que ceux-là.

En attendant, Bernard Laporte, s'il a souhaité prendre le pouls du rugby pro avant de prendre sa décision, a en tout cas d'ores et déjà mis un sacré souk dans le Top 14 à la veille du Boxing Day ce week-end. A l'image de l'UBB qui, deux ans après, croit revivre l'épisode Raphaël Ibanez quand ce dernier, cité parmi les favoris pour succéder à Philippe Saint-André au poste de sélectionneur, suite au fiasco du Mondial 2015, avait été coiffé au poteau par Novès. Un échec dont l'ancien talonneur et capitaine des Bleus ne s'est jamais vraiment remis, cédant sa place sur le banc de l'UBB la saison dernière à... Jacques Brunel, son adjoint de l'époque. Pas sûr que Bordeaux se console cette fois de voir vraiment partir son entraîneur sauver la patrie en danger.

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016