Les Bleus ? Galthié dément, Brunel se cache

 lt;p gt;Fabien Galthi eacute; et Jacques Brunel  agrave; l #39;heure du d eacute;menti de leurs suppos eacute;es futures attributions au sein du nouveau staff de l #39; eacute;quipe de France. lt;/p gt; (ICON SPORT)
Sports.fr - AA

Le chambardement annoncé autour du XV de France et de son staff secoue les bancs du Top 14, où Fabien Galthié, à Toulon, réfute l'idée d'un départ, tandis que Bordeaux s'accroche à Jacques Brunel.

Le ticket annoncé pour remplacer Guy Novès et son staff (Yannick Bru et Jeff Dubois) au chevet du XV de France est loin d'être acquis, contrairement à ce qu'affirment les informations qui ont filtrés ces dernières heures, anticipant la décision que Bernard Laporte dévoilera le mercredi 27 décembre. Pressenti comme le potentiel futur adjoint de Jacques Brunel, appelé à endosser la fonction de sélectionneur en lieu et place de Novès, Fabien Galthié, actuellement en poste à Toulon, bat en brèche cette information auprès de nos confrères de L'Equipe.

"Je démens", assure celui qui évolua au cours de sa carrière sous les ordres de Brunel à Colomiers, ainsi qu'en équipe de France à l'époque où le technicien gersois occupait le poste d'adjoint sous l'ère Laporte (2001-2007). Le quotidien sportif national assure pourtant, alors que sont également cités les noms de Franck Azéma (ASM), Pierre Mignoni (LOU), Xavier Gabajosa et/ou Patrice Collazo (ASR) pour épauler Brunel dans sa future mission, que ce dernier et Galthié sont en contacts réguliers depuis maintenant plusieurs jours.

S'il a souhaité prendre le pouls du rugby pro et sonder ses acteurs avant de prendre sa décision, Bernard Laporte a en tout cas d'ores et déjà mis un sacré souk dans le Top 14 à la veille du Boxing Day ce week-end. A l'image d'une Union Bordeaux-Bègles qui, deux ans après, croit revivre l'épisode Raphaël Ibanez quand ce dernier, cité parmi les favoris pour succéder à Philippe Saint-André au poste de sélectionneur, suite au fiasco du Mondial 2015, avait été coiffé au poteau par Novès. Un échec dont l'ancien talonneur et capitaine des Bleus ne s'est jamais vraiment remis, cédant sa place sur le banc de l'UBB la saison dernière à... Jacques Brunel, son adjoint de l'époque. Vous suivez toujours ?

Et à la veille d'un derby face au leader rochelais ce samedi, au Matmut Atlantique (16h30), le président Laurent Marti se serait bien passé de cette nouvelle onde de choc forcément susceptible de déstabiliser l'équipe bordelaise. Le patron de l'UBB qui d'ailleurs dément à son tour, selon France Bleu Gironde, le départ de son manager. L'ancien sélectionneur de l'Italie (2011-2016) qui, lui, a choisi de rester invisible en cédant sa place vendredi matin, en conférence de presse, à l'un de ses adjoints, tandis que le huis clos a été décrété pour l'habituelle mise en place de son équipe.

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016