Cyclisme. « Je suis sorti faire un peu de vélo, j'ai vécu l'enfer »

Franck Renimel (originaire de Saint-Thurial, en Ille-et-Vilaine, et qui vit aujourd rsquo;hui  agrave; Ploemel, dans le Morbihan) passe cinq jours par semaine au centre de r eacute; eacute;ducation de Kerpape, pr egrave;s de Lorient. (Thierry Creux)
Ouest France - AA

Entraîneur chez Fortuneo - Oscaro, Franck Renimel, 40 ans, a été violemment percuté par une voiture alors qu'il était à vélo. Très grièvement blessé, il raconte l'épreuve et son retour à la vie.

Témoignage

« Un samedi de septembre, en fin de matinée, je quitte mon domicile pour une petite sortie à vélo, d'environ une heure et demie. Pour prendre du plaisir et faire un peu de sport. Quand je pars de la maison, jamais je n'imagine que je ne reviendrai pas.

Renimel : « Les automobilistes sont beaucoup plus impatients »

Sur le chemin du retour, à environ trois kilomètres de chez moi, je suis percuté par un véhicule alors que je passe un rond-point. Je ne vois rien venir. À cet endroit, je ne me sens pas en danger. Il y a des routes où on n'est pas à l'aise parce qu'il y a beaucoup de circulation, parce que c'est étroit, parce que c'est l'heure où les gens rentrent du travail et qu'ils sont stressés. Là, ce n'est pas le cas. Il doit être environ midi et demi, il n'y a pratiquement aucune voiture autour de moi. »

« Le choc est d'une violence extrême »

« Le choc est d'une violence extrême. Je passe sous le véhicule. Je ne perds jamais connaissance. Mais mon cerveau se met en positi...


Plus d'infos sur Ouest-France.fr

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016