Gaviria roi des sprinteurs

Sports.fr - AA

Encore une fois mis sur orbite par son équipe Quick-Step, Fernando Gaviria a frappé pour la troisième fois sur ce Giro en remportant la 12e étape, au sprint, à Reggio Emilia. Pas mal pour un premier grand tour...

On a découvert ce jeune Colombien en 2015, sur les routes du Tour de San Luis, quand il s'est offert à deux reprises le scalp de Mark Cavendish. Depuis, Fernando Gaviria a confirmé tout son potentiel, que ce soit sur la piste (il est double champion du monde de l'omnium), ou avec la Quick-Step, qui a très vite mis la main sur le jeune prodige. Et à 22 ans, pour son premier grand tour, "El Misil" ne fait pas dans la dentelle.

Sur les six étapes promises aux sprinteurs, Gaviria a triomphé à trois reprises, pour un joli 50% de réussite. Lukas Pöstlberger avait surpris le peloton le 1er jour, puis Andre Greipel et Caleb Ewan, pas n'importe qui, ont pris leur part du gâteau. Mais puisqu'il ne reste qu'une seule étape en ligne sans difficulté majeure, celle qui emmènera les coureurs vers Tortona vendredi, les rivaux de Gaviria n'auront plus vraiment la possibilité de lui contester son titre de roi des sprinteurs.

Le Colombien le sait, il doit une bonne partie de sa réussite à son équipe. A Cagliari, il avait bénéficié du coup de bordure fomenté par la Quick-Step. Et ce jeudi à Reggio Emilia, Gaviria a été parfaitement déposé dans la dernière ligne droite par Ariel Richeze (5e, devant Greipel), et il n'avait plus qu'à contrôler les retours de Jakub Marecszko (Willier Triestina) et Sam Bennett (Bora-Hansgrohe). Gaviria n'a connu qu'une seule petite frayeur, quand son poisson-pilote a crevé à 12 kilomètres du but. Mais l'Argentin a parfaitement joué son rôle de lance-missile.

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016