Kwiatkowski frustre Sagan

 lt;p gt;Michal Kwiatkowski lt;/p gt; (Icon Sport)
Sports.fr - AA

Le premier des cinq Monuments de la saison a tenu toutes ses promesses ce samedi. Milan-San Remo, où Arnaud Démare avait su s'imposer l'an passé, a cette fois souri à Michal Kwiatkowski, qui a su surprendre Peter Sagan dans une arrivée à trois avec le Français Julian Alaphilippe.

La saison 2017 est bel et bien lancée... Après un Paris-Nice prometteur, avec notamment les belles performances de Tony Gallopin ou Julian Alaphilippe, la première classique des "Cinq Monuments" du cyclisme a été à la hauteur de sa réputation ce samedi. Les 291km à parcourir entre Milan et San Remo ont été intenses, et ponctués par un final de bien belle facture. Attendu au tournant, l'épouvantail Peter Sagan a tout tenté pour accrocher enfin cette prestigieuse course à son palmarès, mais a finalement dû s'avouer vaincu.

"Si je sens que je ne peux pas gagner, je pourrais peut-être encore choisir qui je vais laisser gagner", avait lancé dans un sourire le patron de la Bora-Hansgrohe lors d'un passage devant la presse avant le départ. Mais le Slovaque espérait bien franchir la ligne d'arrivée en vainqueur, et se sentait suffisamment fort pour toucher au but, en atteste son attaque dans le Poggio, la dernière difficulté synonyme d'explication finale.

Sagan, victime de son panache ?

Le champion du monde en titre a pris les choses en main après un long relais soutenu de Tom Dumoulin, chargé de placer Michael Matthews sur orbite pour la Sunweb. Son attaque est suivie dans le peloton par Julian Alaphilippe, 5e du dernier Paris-Nice donc, et le Polonais Michal Kwiatkowski. La puissance de Sagan est telle que le Français de la Quickstep lutte pour boucher les quelques mètres qui le séparent du cador.

L'issue semble écrite tant l'ancien coureur de la Tinkoff dégage une impression de puissance et de sérénité. Mais à faire trop peur, personne ne veut collaborer, et puisque le peloton reste pressant, le lauréat du Tour des Flandres ou de Gand-Wevelgem l'an passé doit faire la course seul. Julian Alaphilippe passe bien quelques relais dans les derniers hectomètres, alors que Michal Kwiatkowski se cache... Et c'est le Polonais qui sort du bois sur la ligne, pour surprendre le grand favori de quelques centimètres, brisant ainsi le rêve d'un Sagan sans doute encore victime de son panache.

Le leader de la Sky, vainqueur du Strade Bianche récemment, s'offre lui sans doute son plus beau succès en carrière, du haut de ses 26 ans, après ses victoires sur les championnats du monde en 2014 ou l'Amstel Gold Race en 2015. Peter Sagan devra lui encore patienter, et sait désormais qu'il peut compter sur des adversaires à sa mesure, la troisième place de Julian Alaphilippe, 24 ans, laissant par ailleurs entrevoir de belles promesses tricolores pour l'avenir.

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016