Portland s'offre le champion

 (Twitter/@NBA)
Sports.fr - AA

Deuxième défaite de suite pour Cleveland. Au lendemain de leur revers dans l'Utah, les Cavs ont été battus mercredi soir sur le parquet de Portland (102-86), à cause notamment d'un grand C.J. McCollum.

Vous connaissez la meilleure recette pour battre Cleveland ? Le calendrier sera votre meilleur allié puisqu'il suffit de les affronter chez vous, quand les Cavaliers jouent pour le deuxième soir de suite. En "back-to-back", à l'extérieur, les champions en titre en sont en effet à cinq défaites en autant de rencontres, depuis leur revers concédé mercredi à Portland (102-86).

Il faut dire que, généralement, Tyronn Lue laisse ses meilleurs joueurs, et notamment LeBron James, au repos. Mais ce n'était pas le cas dans l'Oregon, sans doute parce que les Cavs s'étaient fait attraper la veille dans l'Utah, et qu'ils avaient besoin de se donner les meilleures chances d'éviter une deuxième défaite de rang, et un troisième revers en cinq matches. C'est manqué, donc, puisque si le "King" n'a pas à rougir de sa prestation (20 points à 5/12, 11 rebonds, 4 passes), ses lieutenants ont été maladroits, avec un vilain 4/16 pour Kyrie Irving (11 pts), 5/15 pour Kevin Love (17 pts), ou encore 1/5 pour la recrue Kyle Korver.

En face, le mérite revient aussi à une équipe de Portland qui a su mettre de l'intensité pour gagner les quatre quart-temps, et signer au passage son quatrième succès de suite contre Cleveland au Moda Center. Les Blazers ont pu compter sur un excellent C.J. McCollum, plus adroit que son compère Damian Lillard (14 pts à 5/15), et qui a inscrit 21 de ses 27 points (5/10 à trois-points) en seconde période, tout en terminant la partie avec 4 contres, un total énorme pour un arrière. Au final, ce succès, le troisième en quatre rencontres, fait du bien à la franchise de l'Oregon, qui confortent sa huitième place à l'Ouest. Pour Cleveland, c'est simplement un soir à oublier, une péripétie dans une saison régulière à 82 matches.

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016