Vendée Globe. Comment se gère l'arrivée d'un skipper ?

Une arriv eacute;e du Vend eacute;e Globe n #39;est jamais un  eacute;v eacute;nement simple  agrave; g eacute;rer. (Vend eacute;e Globe.)
Ouest France - AA

Notre partenaire Voiles et Voiliers s'intéresse ce matin à la gestion de l'arrivée d'un skipper par son directeur d'équipe. Zoom sur toutes les données d'une arrivée qui, non sans risque, doit être une fête.

Premier objectif de ce directeur quelques heures avant l'arrivée : la sécurité des techniciens, des partenaires, des journalistes, de la famille et des amis proches du skipper, qui iront accueillir le bateau sur la ligne, et l'escorteront jusqu'au ponton d'honneur à travers le chenal des Sables. En semi-rigide, de nuit, dans le froid de janvier et dans des conditions de mer souvent difficiles, ce n'est pas une sortie sans risques. Il faut donc veiller à chaque détail pour que l'aventure se passe bien sur un plan technique, et que chaque personne venue aux Sables, souvent de très loin, vive un moment exceptionnel.

Il faut ensuite décider qui pourra embarquer sur les canots, et vivre la remontée du chenal. Sans vexer personne : le nombre de places sur une telle embarcation de 8 mètres n'est pas extensible. Un jeu subtil entre privilège, sécurité, rang des invités du partenaire... Mais justement : quand les invités du ou des partenaires doivent-ils arriver aux Sabl...

Lire la suite sur Ouest-France.fr

Pour aller plus loin

A lire aussi sur Ouest-France.fr

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016