Loeb ne passe pas son tour

 lt;p gt;Rien n #39;arr ecirc;te S eacute;bastien Loeb ! (Reuters) lt;/p gt; ()
Sports.fr - AA

La huitième étape du Dakar a été enlevée mardi par Sébastien Loeb (Peugeot) en 4h11'02", avec 3'35" d'avance sur son partenaire d'équipe Stéphane Peterhansel. Il en profite pour dominer le classement général (20h10'05").

Le Dakar continue de livrer son lot de rebondissements. A la veille de l'étape reine en Argentine, Sébastien Loeb a réussi l'excellente opération du jour mardi, pour le dernier tronçon du rallye en Bolivie. Les concurrents ne seront d'ailleurs pas mécontents de quitter le pays, après l'annulation d'une étape et plusieurs rabotages de parcours à cause des conditions météo trop délicates (parfois en très haute altitude)... Mais Sébastien Loeb ne part donc pas les mains vides, avec la huitième étape dans la musette et surtout les commandes du général, malgré une crevaison qui aurait pu lui faire gagner encore plus de temps.

Pour son troisième succès, déjà, cette année, le nonuple champion du monde WRC a aussi dû faire avec un nouveau raccourcissement d'étape (toujours à cause de la météo), prévu dès le départ. Mais il y a quand même eu suffisamment de kilomètres pour lui permettre d'imprimer un gros rythme, et Stéphane Peterhansel s'est contenté de limiter les dégâts. Relégué à 3'35'' de Sébastien Loeb, "Monsieur Dakar" pointe désormais à 1'38'' de son illustre coéquipier au général. On attend déjà impatiemment le nouvel épisode de mercredi entre Salta et Chilecito, alors que la deuxième partie de compétition est bien entamée.

"J'appréhende un peu le désert"

"Nous avons essayé de creuser l'écart, confirme l'Alsacien sur le site du Dakar. Mais à 80km de l'arrivée, pas de chance, on a crevé dans le passage d'un gué, donc nous avons perdu quelques minutes à changer la roue. C'est dommage, mais on fait quand même le meilleur temps, c'est bien. Le match est super serré avec Peterhansel, il roule vite et ne fait pas de fautes. Dès que nous sommes en hors piste, il me reprend du temps... En tout cas, c'est une belle bagarre. Je ne suis pas certain que Belen, dans le désert, ce soit vraiment mon terrain. Je l'appréhende un peu quand même, d'autant plus que nous partons avant les motos et que nous n'aurons pas de traces, ce qui complique encore un peu les choses."

Peterhansel, en étant en retard dès le premier point de passage, s'évite l'ouverture de la route mercredi (seul le classement au CP1 est retenu pour déterminer cet ordre). Sébastien Loeb apprécie la compétitivité de son copilote Daniel Elena, qu'il juge désormais parfaitement à l'aise et même en hors piste. Mais les deux compères, justement, commencent à très bien connaître la rudesse extrême du Dakar. Il ne reste que quatre étapes, mais tout reste absolument à faire. Peugeot en rugit, les fans s'en réjouissent.

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016