Paris se contente du nul

 (Icon Sport)
Sports.fr - AA

Bousculé par le H, le PSG a évité de concéder une troisième défaite consécutive en déplacement en ramenant le match nul de Nantes (27-27), lors du choc de la 12e journée. Un résultat qui fait toutefois les affaires de Montpellier.

Ces Nantes-PSG, disputés dans le Hall XXL devant 13000 spectateurs bouillants, sont toujours des moments importants du championnat. Le choc de la 12e journée, jeudi soir, a offert un joli spectacle et s'est conclu par un score de parité assez logique (27-27). Face à l'équipe qui lui avait infligé ses deux seules défaites de la saison passée, le club de la capitale a évité de concéder ce qui aurait été son troisième revers consécutif en déplacement, après Nîmes et Aix.

Sans les frères Karabatic, toujours suspendus, mais également sans Mikkel Hansen, le PSG a d'abord souffert (8-5, 13e), avant de prendre petit à petit le contrôle des opérations (14-18, 36e), dans le sillage de Nedim Remili (8 buts) et Sander Sagosen (6 buts). Mais l'exclusion d'Henrik Mollgaard en seconde période a désorganisé la défense parisienne et relancé le H, qui aurait très bien pu l'emporter. Kiril Lazarov a en effet raté un jet de 7 mètres qui aurait donné deux buts d'avance à Nantes à 2'30" de la fin.

"On s'est battu avec nos armes du soir, et elles n'étaient pas nombreuses, a confié Nedim Remili sur BeIN Sports. On a perdu Henrik en milieu de deuxième mi-temps, c'était dur. On a donné tout ce qu'on avait. C'est peut-être ce qui avait manqué lors des deux défaites. Ramener un point d'ici, c'est pas si mal." Paris s'en contente, même si ce résultat fait les affaires de Montpellier, qui prend 4 points d'avance sur le PSG et sur Nîmes (également accroché à Chambéry). Et même si Remili a eu la balle de match dans les dernières secondes. "Ce que j'ai fait à la fin, c'est une faute professionnelle", a pesté l'international tricolore.

Les autres news Autres

|Offre internet |Offre mobile|