Retour aux basiques : masturber une femme

Retour aux basiques : masturber une femme ()
GQMagazine - AA

[Je tiens ce blog depuis bientôt dix ans : les guides pratiques élémentaires sont parus depuis une éternité. Du coup, pour les nouveaux lecteurs et ceux qui commencent à perdre la tête, je réactualise et recompilerai. Aujourd'hui, masturber une femme.]

1) Pourquoi masturber une femme ?

Commençons par la question des motivations, avec la traduction partielle d'un article du professeur Hugo Schwyzer chez. Je fais dans la longueur, mais j'ai trouvé ça suffisamment intéressant pour ne pas trop couper : "Ce n'est pas une nouveauté que de nombreux hommes hétérosexuels utilisent les orgasmes des femmes comme le critère principal permettant de mesurer leurs prouesses sexuelles. Même si être un bon coup demande bien plus que de faire décoller sa partenaire, la plupart des gens adhèrent au message qui veut que l'orgasme soit la condition sine qua non d'une bonne expérience sexuelle. Et les hommes se retrouvent persuadés qu'un bon amant n'est pas juste quelqu'un qui essaye de faire jouir une femme - c'est quelqu'un qui y parvient. Marche ou crève.

Le stéréotype à propos des orgasmes veut que les hommes en ont facilement (par eux-mêmes ou avec leur partenaire), tandis que les femmes sont plus insaisissables. De leur côté, les femmes sont appris qu'assurer au lit, c'est plus que faire éjaculer l'homme - à vrai dire, le faire jouir est la partie facile... d'un autre côté, puisque nous supposons qu'en général les femmes ont plus de mal à orgasmer, les hétéros considèrent leur orgasme comme une preuve absolue de leurs talents. Soit elle jouit et vous êtes un étalon, soit elle ne jouit pas et vous êtes un raté - pas d'autre alternative.

Mais il faut voir aussi que souvent, tout est lié. On donne du plaisir pour le plaisir MAIS on veut aussi être rassurés sur nos compétences sexuelles. C'est génial que les hommes essaient autant de faire orgasmer leur partenaire, mais il y a des chances que vous finissiez déçus si vous échouez. Et si votre déception devient palpable, c'est un problème de plus pour la femme à résoudre... Cela signifie maîtriser un autre outil important - la capacité à rester zen. Pour les femmes qui ne peuvent pas jouir (soit en général, soit avec tel partenaire), s'inquiéter de décevoir ou de frustrer leur partenaire garantit quasiment que l'orgasme ne sera pas au rendez-vous.

Tant que l'absence d'orgasme féminin conduit en droite ligne au découragement masculin, il y aura des femmes qui se sentiront obligées de gérer et d'apaiser cette déception. Et là on se dirige vers du ressentiment, beaucoup plus que vers du plaisir. Les orgasmes sont importants. Inutile de prétendre le contraire. Mais pendant que nous essayons d'en obtenir, en solo ou à plusieurs, il va falloir réévaluer la manière dont les hommes utilisent les orgasmes des femmes pour étalonner leur propre valeur. C'est difficile, mais pas impossible : faire de son mieux - sans être émotionnellement otage des résultats."  

2) La question des résultats.

D'après une étude suédoise citée dans le Figaro : "19% des femmes et 12% des hommes disent avoir des orgasmes plus plaisants par la masturbation. Bien sûr, cela ne renseigne pas sur la satisfaction émotionnelle et affective de l'acte. Une femme sur trois et un homme sur quatre admet jouir plus facilement seul qu'avec un partenaire." Et blam.

Selon les Archives of Sexual Behavior, un tiers des femmes seulement a souvent ou toujours des orgasmes lors d'une pénétration vaginale, contre 44 % à qui ça arrive rarement ou jamais. (Les hommes sont à 95 %.) En revanche, par un combo de stimulation génitale (les caresses, la masturbation, l'utilisation d'un vibromasseur), de baisers intenses et de cunnilingus, 80 % des femmes hétérosexuelles et 90 % des lesbiennes auront des orgasmes. Répétons en français : la norme sexuelle féminine passe par une attention portée à leur sexe en général plutôt qu'à leur seul vagin. Du bon côté des choses, ça enlève de la pression sur le pénis. Que vous ayez un schlong minuscule n'a pas d'importance. Idem pour l'éjaculation rapide ou la débandade. A la rigueur, votre pénis, il sert à vous reproduire, et à l'ère moderne, vous pourriez ne pas avoir de pénis du tout : vous pourriez toujours à la fois donner du plaisir et faire des enfants. Vu les standards impossibles exercés sur le membre (toujours gros ! toujours rigide !), c'est quand même un soulagement, non ?

3) Mettez en confiance

Nous sommes en 2017. Non seulement les femmes ont le droit de se masturber, mais vous avez le droit de masturber une femme (en lui demandant la permission).

4) Où toucher

Si vous vous situez entre les jambes d'une partenaire allongée sur le dos et que le clitoris était une horloge (normande ou alsacienne, vous choisissez), vous devez caresser le clitoris à 13 heures, ou du moins dans le quart supérieur droit du clitoris. Sinon, et là je commence à vous balancer les dernières données, voici les zones préférées quand vous vous écartez de la pure dynamite :


5) Avec quelle intensité ?


6) Pendant combien de temps ? Selon une enquête d'AuFéminin.com, 70% des femmes jouissent en trois minutes. Et 69% des hommes. Cette promptitude est d'autant plus facile à atteindre qu'on utilise les outils de force de frappe intensive (cf. point suivant). Car si on veut jouir en trois minutes (au fait, vous êtes pressé ?), il faut s'attaquer au système nerveux. Donc au clitoris, qui regroupe le plus grand nombre de nerfs au centimètre-carré. En poussant sur les bons boutons, l'orgasme est une mécanique, parce que nous sommes des êtres organiques - certaines causes, genre des vibrations solides, produisent des conséquences, comme des orgasmes. Si vos copines jouissent en quatre heures ou jamais, c'est que vous vous y prenez avec les mauvais outils (ou alors qu'il y a un vrai problème médical, auquel cas les sexologues sont vos amis). Si vous y allez mollo, par exemple avec la langue (retournez deux jours en arrière pour le guide cunnilingus), comptez sur une quinzaine de minutes - sachant qu'on est dans des ordres de grandeur qui sont des moyennes, pas des règles... et encore moins des objectifs.

7) En faisant quels mouvements ?


8) A quel rythme ?


9) Aussi, utilisez des sextoys. Ils sont faits pour se masturber. Donc aussi pour masturber les femmes. Ils font des trucs qu'un corps humain ne peut pas accomplir. Je suis toujours sur le Womanizer. (Mais ensuite, le mieux sera de tout simplement poser la question à votre partenaire... ou lui demander de vous prêter ses jouets. Vous n'êtes pas en concurrence avec les sextoys. Surtout quand c'est vous qui tenez la télécommande.)

10) Quid de la réciproque ?

Le handjob a mauvaise réputation (plus précisément une réputation de lot de consolation du sexe), et pourtant ça peut être génial. Peut-être que votre partenaire ne propose pas, uniquement de peur de vous décevoir. Du coup : proposez vous-même :)

Et pour aller plus loin :

- Les pratiques sexuelles des femmes les plus satisfaites au lit.

- Dans le Monde, les dernières avancées côté science (avec les détails).

- Jouir ou ne pas jouir ? Quand le corps des femmes est sous pression.

- La rendre folle de plaisir, vraiment ?

- Pénitence : combien coûte la masturbation ?

- La masturbation freine-t-elle la libido ?

Lire la suite sur GQ

Les autres news Sexo

|Offre internet |Offre mobile|