Johnny Hallyday, une icône nationale hantée par ses démons

Johnny Hallyday en concert  agrave; Bordeaux en juin 2013 (Nicolas Tucat - AFP)
bfmtv - AA

Le chanteur, mort dans la nuit de mardi à mercredi, a fait face durant sa vie à plusieurs batailles personnelles, qu'il résumait lui-même par une tendance à la "destroyance".

"Il faut que j'aille mal pour savoir que je pourrais aller bien. J'ai besoin d'être au fond du trou pour remonter," confiait-il au Monde en 1998. Johnny Hallyday, l'une des figures les plus adulées de la chanson française, était également une âme tourmentée. Mort dans la nuit de mardi à mercredi des suites d'un cancer du poumon, le chanteur de 74 ans a évoqué par le passé ses problèmes d'addiction et ses peurs personnelles. 

Phénomène médiatique depuis l'âge de 17 ans après une enfance difficile, il confiait souvent être pris d'angoisse quand il se retrouvait seul dans sa chambre d'hôtel après ses concerts. Insomniaque, il a longtemps entraîné ses amis dans d'interminables et alcoolisées virées nocturnes. Johnny Hallyday était depuis toujours taraudé par la peur de la mort, de la maladie et, surtout, de la solitude. 

Une "vie de destroyance"

C'est dans un entretien choc accordé à l'écrivain Daniel Rondeau pour Le Monde en 1998 que le chanteur a ouvertement parlé de sa "vie de destroyance". Grand fumeur de Gitanes, il confessait notamment avoir consommé de l'opium et du hashish et pris de la cocaïne:

"J'en ai pris longtemps en tombant de mon...

Lire la suite sur BFMTV.com

Les autres news People

|Offre internet |Offre mobile|