L'après-Daech s'annonce explosif pour el-Assad, pressé par les Kurdes et les Turcs

Frappe a eacute;rienne en Syrie, le 23 novembre I Amer ALMOHIBANY / AFP
Slate - AA

«Une chose à la fois. Notre priorité opérationnelle reste la guerre contre les djihadistes, pas contre les Kurdes...» Celui qui s'exprime dans un vaste bureau aux fenêtres obturées, dans le quartier résidentiel de Mazzè, non loin de l'aéroport militaire de Damas, est un ami d'enfance de Bachar el-Assad. Son point de vue est aussi celui des généraux, même si le petit cercle des conseillers politiques du président syrien ne se confond pas avec celui des patrons de la sécurité. Leur raisonnement est adossé à un constat simple:

«Les Américains ne savent pas eux-mêmes ce qu'ils feront lorsque Daech aura définitivement perdu la partie. Mais ils pourraient vite se retirer de Syrie. Alors leurs alliés du moment, les Kurdes, viendront tranquillement discuter avec nous du statut des territoires qu'ils tiennent depuis quatre ans; on parle là de 30% du territoire syrien et de près de trois millions d'habitants.» 

Il est aussi vrai que le souvenir des relations passées entre le mouvement kurde et le régime de Damas peut encore servir de garantie... Reste cette interrogation: «Les Russes récusent bien sûr la présence durable de forces américaines dans le nord du pays, mais nous ne savons pas tout de leurs échanges avec Washington. Notamment à propos du statut réservé aux Kurdes. Cette question fait-elle déjà partie ou pas de leurs "deals"?»

L'épineux problème du désarmement

 

Pas plus qu'il n'imagine quitter le pouvoir, le président syrien n'entérine en tout cas aucun des bouleversements démographiques provoqués par les combats. Selon notre interlocuteur, il n'est donc pas question d'accepter que les Kurdes perpétuent la gouvernance qu'ils exercent actuellement sur les villes de la Djézireh, cette grande plaine qui court le long de la frontière avec la Turquie et l'Irak. «Ils n'y ont jamais été majoritaires de toute façon.» Dont acte!

Via haitham alfalah / Wikimedia

Difficile dès lors d'imaginer que la création de l'Assemblée civile prônée par les ...

Lire la suite sur Slate.fr

Les autres news Monde

|Offre internet |Offre mobile|