«Daeshgram», ces hackers irakiens qui combattent Daesh à coup de fake news

Un communiqu eacute; d #39;Amaq,  l #39;agence de propagande de Daech | Karl-Ludwig Poggemann via Flickr CC License by
Slate - AA

Depuis novembre 2016, un groupe de six hackers irakiens anonymes mène une cyberguerre contre la propogande de Daech.

Les membres de «Daeshgram», comme ils se sont baptisés, travaillent dans la cybersécurité et l'informatique pendant la semaine, mais les soirs et week-ends, ils postent des fausses informations sur les sites officiels de l'organisation État islamique. 

Amaq, cible d'une récente attaque

Ces hackers utilisent une tactique qui ressemble à celle mise en oeuvre par les trolls russes pendant la présidentielle américaine: créer des faux comptes et diffuser des fausses informations pour semer le chaos.

Le week-end dernier, ils ont mené une opération contre Amaq, l'agence de presse de Daech. Ils ont d'abord lancé une attaque DDoS, c'est-à-dire qu'ils ont inondé le réseau pour faire tomber le site. Une fois le site hors ligne, ils ont posté des fausses versions d'articles d'Amaq, dont un annonçait la mort d'un combattant et d'autres remettaient en question l'idéologie de Daech.

«Ils ne savaient plus lesquels étaient vrais et lesquels était faux, ils ne savaient plus ce qui était fiable --donc ils ont arrêté de faire confiance à Amaq», a expliqué un membre du collectif à Sky News.

Sur Telegram, l'application de messagerie utilisée par Daech, des partisans discutaient en effet de cette nouvelle menace: «ils utilisent nos hashtags pour nous tromper».

À LIRE AUSSI L'État islamique fait-il des revendications mensongères?

Semer la confusion pour déstabiliser Daesh

Avant leur réussite de ce week-end, Daeshgram avait plusieurs fois créé de faux contenus médiatiques. Après un communiqué de Daech annonçant la destruction de la radio Al-Bayan, ils avaient publié un faux communiqué audio de cette radio pour démentir l'info et jeter le trouble. 

Une de leurs premières opérations avait été de pirater une annonce officielle de Daech en photoshoppant une image pornographique dessus. Mais ils se sont vite rendus compte qu'il était plus efficace de créer des contenus faux et crédibles que les djihadistes partageraient en ligne.

«Évidemment, nous sommes au courant des discussions sur les fake news

...

Lire la suite sur Slate.fr

Les autres news Monde

|Offre internet |Offre mobile|