Combien de fois par semaine les nouveaux couples devraient-ils se voir ?

Combien de fois par semaine les nouveaux couples devraient-ils se voir ? ()
Glamour - AA

Vous venez de vous mettre en couple ? Alors ceci pourrait vous intéresser. Afin de démarrer votre relation amoureuse sur de bonnes bases, les spécialistes déconseillent de voir trop souvent votre nouvelle conquête. D'après Scott Carroll, psychiatre américain et auteur d'un livre de conseils pour réussir son mariage, les nouveaux couples ne devraient pas se fréquenter plus de deux fois par semaine pendant les premiers mois de leur relation. Interviewé par Bravo TV, le médecin explique que cette fréquence permet "d'avoir du temps pour laisser grandir les sentiments et permettre au subconscient de travailler en toute sérénité." Pour ce pro des relations amoureuses, cela permettrait de juger objectivement sa nouvelle relation, en prenant un peu de recul. Et il n'est pas le seul à le penser. Avant lui, le médecin américain Seth Meyers avait expliqué en novembre dernier, dans un article publié sur le site Psychology Today, que la règle d'or pour faire durer un couple était de ne se voir qu'une fois par semaine. Car enchaîner les dates donnerait l'impression hâtive de connaître l'objet de votre affection, alors qu'il faut des mois, voire des années pour vraiment connaître intimement l'autre. Par ailleurs, il explique aussi que les relations sexuelles jouent sur les émotions. "Le fait de se voir fréquemment augmente l'envie d'avoir des relations sexuelles. Il n'y a rien de mal à ça, mais il vaut mieux en avoir dans un environnement de confiance." Car le sexe aurait tendance à développer chez les individus des sentiments qui peuvent parfois être artificiels (et donc vous leurrer sur le charisme incroyable de votre nouveau copain.)

Mais le Dr Meyers reconnaît tout de même que si deux personnes sont faites l'une pour l'autre, se voir fréquemment ne pose pas de problème. Moralité : écoutez votre c?ur.

###related###

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016