Pourquoi les moustiques frappent particulièrement fort cette année

iStock (Femmeactuelle.fr)
FemmeActuelle - AA

Les moustiques vous attaquent plus que d'habitude ? C'est normal : la météo pluvieuse puis chaude a favorisé leur prolifération cette année en France.

Les moustiques vous attaquent plus que d'habitude ? C'est normal : la météo pluvieuse puis chaude a favorisé leur prolifération cette année en France.

La saison des moustiques est bel et bien lancée : dix départements français sont en vigilance orange. Mais cette année plus que les autres, ces insectes redoutés pour leurs piqûres arrivent en nombre. 

Le site d'information Vigilance-moustiques a d'ailleurs reçu trois fois plus de déclarations de cas que l'an dernier sur la même période. "Parmi elles, il y a des déclarations de prolifération inhabituelle dans plusieurs départements", précise Stéphane Robert, qui en est le président.

Pluie et vague de chaleur

Un phénomène qui s'explique par la météo changeante de ces derniers mois : un printemps pluvieux à l'origine d'inondations et donc d'eaux stagnantes propices au développement des moustiques, suivi d'une vague de chaleur qui accélère le passage au stade adulte de la larve et donc la prolifération de ces insectes.

"En moyenne, une larve met 10 jours pour devenir adulte s'il fait 23°C le jour et 15°C la nuit. Mais ce cycle s'accélère s'il fait 30°C le jour et 20°C la nuit. Il faut savoir qu'un moustique femelle peut pondre de 5 à 15 fois dans une vie de 30 jours, avec à chaque ponte, plusieurs dizaines d'oeufs", précise le président de Vigilance-moustiques.

Une météo favorables aux moustiques tigres

Bien qu'il existe près de 70 espèces de moustiques en France, ces conditions climatiques sont particulièrement favorables à la famille des Aedes, autrement dit aux moustiques tigres, qui peuvent être le vecteur de maladies dangereuses.

"Certains sont réputés pour être plus vulnérants que d'autres, et donc à l'origine de piqûres plus agressives", précise Stéphane Robert. En 2017, Santé Publique France a d'ailleurs recensé 37 cas de chikungunya, 269 de dengue et 28 cas d'infection à virus Zika en métropole.

Une baisse des température pour endiguer le phénomène

Seule la météo pourrait inverser la tendance. "Il faudrait une baisse sensible des températures, sans reprise des pluies. Les grandes chaleurs assèchent les zones inondées et réduisent les possibilités pour les moustiques femelles de pondre des oeufs susceptibles de devenir adultes. La baisse des températures, quant à elle, ralentit le cycle de maturation des larves", conclut Stéphane Robert.

En attendant, la prévention est de mise ! Il convient d'être vigilant face à tout ce qui peut contenir de l'eau stagnante et servir de gîte larvaire, de porter des vêtements couvrant, de dormir sous une moustiquaire ou encore d'utiliser des répulsifs.

Merci à Stéphane Robert, président du site d'information Vigilance-moustiques.

A lire aussi :

Moustiques tigres : 5 infos indispensables pour mieux s'en protéger

Moustiques : pourquoi ils préfèrent certaines peaux

6 idées reçues sur les moustiques



Retrouvez cet article et plus d'infos sur Femme Actuelle

ANNONCES SHOPPING

     © Free 2018