Les sèche-mains, des nids à bactéries ? Une photo affole la toile

ThinkStock (Femmeactuelle.fr)
FemmeActuelle - AA

Une étudiante infirmière américaine a partagé la photo peu ragoutante d'une de ses expériences visant à explorer l'intérieur des sèche-mains.

Une étudiante infirmière américaine a partagé la photo peu ragoutante d'une de ses expériences visant à explorer l'intérieur des sèche-mains.

Ce n'est pas un secret : de nombreux objets du quotidien sont remplis de bactéries. Parmi eux, certains sont pourtant destinés à assurer notre propreté. C'est notamment le cas du sèche-main, qui nous laisse croire que notre routine d'hygiène est impeccable. En réalité, il n'en serait rien : Nicole Wards, une étudiante infirmière, a dévoilé l'envers du décor dans une publication Facebook.

600 000 partages sur Facebook

Pour les besoins d'un cours de microbiologie, elle a déposé pendant trois minutes une boîte de Petri, utilisée pour la mise en culture de micro-organismes ou de bactéries, dans un sèche-mains à air pulsé. Deux jours plus tard, le résultat était stupéfiant : la boîte était remplie de plusieurs souches de bactéries et de champignons.

Nichole Wards a publié cet étonnant résultat en image sur Facebook, en précisant que sont but était simplement "de sensibiliser, par d'instiller la peur". Son post n'a pas laissé les internautes indifférents : il a été partagé près de 600 000 fois.

Dyson, qui a eu connaissance de cette expérience, à souhaité réagir dans un communiqué : "Nous sommes très surpris de voir ce résultat, d'autant que la méthodologie employée n'est pas claire. Tous les sèche-mains Dyson Airblade ont des filtres HEPA qui capturent des particules aussi petites que des bactéries provenant de l'air des toilettes avant qu'elles ne quittent la machine. Nos sèche-mains sont hygiéniques, éprouvés par la recherche universitaire et approuvés par les hôpitaux, les fabricants de produits alimentaires et les entreprises du monde entier", peut-on lire.

Des études divergentes

Le New York Times rappelle que des études ont été menées sur le sujet et que les résultats divergeaient. Des travaux datant de 2016 révélaient ainsi que ce type de sèche-mains contaminait la zone environnante avec 1 300 fois plus de particules virales qu'une serviette en papier. Une autre étude publiée 2014 affirmait que les sèche-mains à air pulsé répandaient 4,5 fois plus de bactéries que les séchoirs à air chaud et 27 fois plus que les serviettes en papier.

Mais "l'une des rares études à financement indépendant sur le sujet, publiée par la Mayo Clinic en 2000, n'a trouvé aucune différence d'hygiène significative entre les séchoirs et les serviettes en papier", précise le quotidien.

A lire aussi :

10 objets du quotidien remplis de bactéries sans que vous le sachiez

Plus de bactéries sur un sac à main que sur une cuvette de toilettes !

Nos éponges sont encore plus dégoûtantes que notre vaisselle sale


Anaïs Chabalier
Retrouvez cet article et plus d'infos sur Femme Actuelle

ANNONCES SHOPPING

     © Free 2018