Jouer, c'est très bon pour la santé

Thinkstock (Femmeactuelle.fr)
FemmeActuelle - AA

Le jeu n'est pas l'apanage des enfants. Les adultes ont aussi besoin de jouer. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il s'est, depuis une quinzaine d'année, développé de façon très importante. Et si jouer rimait avec bonne santé et non plus oisiveté. Notre sélection de « jeux médicaments » pour grands et petits.

Le jeu n'est pas l'apanage des enfants. Les adultes ont aussi besoin de jouer. Le phénomène n'est pas nouveau, mais il s'est, depuis une quinzaine d'année, développé de façon très importante. Et si jouer rimait avec bonne santé et non plus oisiveté.Notre sélection de « jeux médicaments » pour grands et petits.

Chez l'adulte

Le jeu permet d'échapper aux normes de la vie quotidienne, souvent rigide et pesante. Pour preuve, le succès des Escape Game : les participants enfermés dans une pièce doivent résoudre une ou plusieurs énigmes pour sortir.  « Sans capacité de jouer, il est difficile d'anticiper, d'imaginer l'avenir, d'avoir des projets.

On est condamné à la réalité du moment » explique le psychiatre Patrice Huerre, President de l'Institut du virtuel et auteur de plusieurs ouvrages sur la place du jeu. Cette aptitude permet aussi de mettre de la distance face à des évènements difficiles. Les jeux de rôle, par exemple, sont de plus en plus préconisés pour former les médecins à l'annonce de la maladie, pour permettre aux enfants de mieux supporter leur traitement...

Enfin, jouer aide à lutter contre le vieillissement. Les joueurs d'échec ou de scrabble, par exemple, en sollicitant leurs neurones, développent de meilleures connexions cérébrales. Ceux qui pratiquent les jeux de plein air, ont une structure osseuse plus forte et moins de risque de chute et de fractures. Enfin, cela apporte du plaisir, un vrai facteur anti-âge !

 « Traiter » la maladie d'Alzheimer

Le jeu vidéo thérapeutique X-Torp a fait l'objet d'une étude clinique et a montré des résultats significatifs dans la maladie d'Alzheimer. Le joueur est aux commandes d'un bateau et navigue à travers mers et océans. Le scénario permet de stimuler les capacités cognitives, d'orientation et de mémoire avec de nombreux objectifs à atteindre. Le médecin peut suivre les progrès à distance. www.curapy.com

Soulager la maladie de parkinson

Toap Run a été mis au point et testé par le laboratoire Brain e-Novation à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) à la Pitié-Salpêtrière. Il est destiné aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Le patient doit effectuer des mouvements pour faire bouger son avatar numérique. L'intérêt : réduire les troubles moteurs et cognitifs associés à la maladie. C'est un complément intéressant à la rééducation plus classique.

Rééduquer après un AVC

Les sérious game permettent de faire travailler les membres supérieurs pour les victimes d'AVC (Accident Vasculaire Cérébral). Ils peuvent être pratiqués, aussi bien à l'hôpital qu'au domicile, seul, avec sa famille ou en réseau avec d'autres patients. A l'aide d'un joy stick, le patient effectue des mouvements simples, de l'extension du coude à la rotation des poignets.

Mais, il semblerait, selon une étude Lancet/Topsante.fr., que les cartes et les dominos soient aussi efficaces que la réalité virtuelle.

 

Chez l'enfant

Pour le docteur Huerre, la faculté de jouer s'acquiert, dans la petite enfance, vers 6 mois. Elle se manifeste par l'arrivée du doudou, objet transitionnel entre la maman et le nourrisson. Cette « indépendance » est possible si l'enfant se sent en sécurité. Elle l'aidera, plus tard, en cas de conflits ou de crise personnelle.

« Le jeu joue un rôle fondamental dans la construction du « soi » et dans le développement des facultés d'imagination, de logique et d'adresse physique. Il est également une aide précieuse dans la prise en charge des traumatismes » précise le docteur Huerre. Encourager les enfants à exprimer leurs inquiétudes et leurs émotions permet de dénouer de nombreux problèmes. Par exemple, derrière l'avatar de vidéo Clash Back, une série interactive animée, on trouve un vrai médecin : le pédopsychiatre Xavier Pommereau (centre Abadie - CHU Bordeaux). Les ados ont du mal à se raconter ; le jeu fait office de défouloir. « Clash back ne soigne pas mais favorise la discussion et l'échange » peut-on lire sur le site www.clash-back.com.

Favoriser la communication

Qu'il s'appelle Nao ou Leka, ces deux robots font fonction de médiateur, entre les enfants, qui souffrent de troubles autistiques, et les adultes (parents, soignants...). « Le robot a un fonctionnement binaire. Il ne pense pas. Il n'est pas dans le jugement. Il améliore de façon spectaculaire l'apprentissage et les relations sociales chez l'enfant. Il pourrait également trouver sa place auprès des patients souffrant de la maladie d'Alzheimer » s'enthousiasme le docteur Huerre. Ce nouveau champ thérapeutique très prometteur redonne aux patients... un peu de jeux !

Apprendre les bons gestes santé

Vitality est un jeu de plateau pour les enfants (et les adultes !) à partir de 7 ans. Objectif : redonner sa vitalité à Tivita, un petit avatar mal en point ! Co-créé par le docteur Véronique Chabernaud, il donne avec 240 cartes-quizz, des repères clairs pour booster sa vitalité et sa santé physique, mentale et émotionnelle. Vitality, 44,50€, http://vitality-edugames.com/

Mettre des mots sur les émotions

Fâché, honteux, offensé, content, surpris... au total douze pions qui illustrent les différents états. L'enfant les dispose sur un plateau dédié. A partir de 2 ans. Le mémo des émotions, 24€, Nature et découverte

Développer l'imagination

Orégon Scientific a mis au point 5 poupées Geek avec un profil différent (ingénieure mécanique, génie des maths, magicienne de l'informatique...). L'objectif : l'enfant doit imaginer et programmer leur journée. Idéal pour se projeter dans le futur ! A partir de 6 ans. Smartgurlz, 99,90€, dans les magasins de jouer.

Créer son univers

Cette ardoise magique nouvelle génération fait apparaître, avec la lumière du stylo, dessins et lettres. L'enfant peut dessiner ses propres formes ou s'aider d'un pochoir. Idéal dans l'apprentissage du dessin et de l'écriture. Lumixo de Lansay, 19,99€, dans les magasins de jouets.

A lire également : 25 conseils de Marcel Rufo pour aider son enfant à grandir    


Bénédycte Transon de Puyraimond
Retrouvez cet article et plus d'infos sur Femme Actuelle

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016