Les Français ouverts à une évolution de la loi sur la GPA, la PMA et la fin de vie

Thinkstock (Femmeactuelle.fr)
FemmeActuelle - AA

Les Français sont pour une évolution de la loi sur la fin de vie, la GPA ou encore la PMA. C'est le résultat d'un sondage publié mercredi dans La Croix sur la bioéthique.

Les Français sont pour une évolution de la loi sur la fin de vie, la GPA ou encore la PMA. C'est le résultat d'un sondage publié mercredi dans La Croix sur la bioéthique.

Les Français sont très favorables à une évolution des questions de procréation et de fin de vie. Le journal La Croix en partenariat avec l'Ifop et le Forum Européen de Bioéthique ont interrogé les Français sur le regard qu'ils portent sur les sujets de problèmes éthiques soulevés par la recherche biologique, médicale ou génétique. Et alors que les états généraux de la bioéthique vont s'ouvrir le 18 janvier prochain, le sondage* publié mercredi dans le journal La Croix "confirme le consentement d'une grande partie de la société".

Pour une évolution de la loi sur la fin de vie

Les Français sont à 60% pour la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et 57% aux femmes seules. Les sondés sont également pour la légalisation du suicide assisté et/ou l'euthanasie à 89% et sont favorables à la levée de l'interdiction de la gestation pour autrui (GPA) à 64%. "Des chiffres qui dessinent l'image d'une société libérale sur des questions 'importantes' comme 89% des Français le reconnaissent", peut-on lire dans le dernier numéro du journal La Croix.

Comment expliquer cette évolution ? "La vieille matrice structurante de la société qui était très clairement d'inspiration chrétienne et catholique est en train de s'effriter à vitesse grand V ", explique Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l'Ifop.

La volonté de maintenir les dons de gamètes gratuits

Pour guérir les maladies les plus graves avant la naissance, 80% des personnes interrogées sont favorables à la modification génétique des embryons humains. Toutefois, 78% sont contre la modification génétique pour améliorer certaines caractéristiques des enfants à naître comme l'obésité ou la couleur des yeux.

Quant aux questions de la gratuité et d'anonymat des dons d'ovocytes ou de spermatozoïdes, les sondés sont encore résistants au changement. Parmi eux, 90% souhaitent maintenir les dons gratuits et 85% veulent conserver l'anonymat du donneur.

*Le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de 1.010 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus entre les 8 et 11 décembre 2017.

À lire aussi :

PMA : jusqu'à quel âge un homme peut-il utiliser son sperme congelé ?

GPA: l'émouvant témoignage d'une mère et de celle qui a porté son enfant

GPA : une femme de 50 ans autorisée à porter l'enfant de sa fille


Estelle Priam
Retrouvez cet article et plus d'infos sur Femme Actuelle

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016