Les régimes végétariens mal entrepris augmenteraient par deux le risque de dépression

Thinkstock (Femmeactuelle.fr)
FemmeActuelle - AA

Selon une étude britannique, les personnes adoptant un régime végétarien auraient plus de chance de souffrir de dépression. En cause, une carence à la vitamine B12 et une surconsommation d'oméga-6.

Selon une étude britannique, les personnes adoptant un régime végétarien auraient plus de chance de souffrir de dépression. En cause, une carence à la vitamine B12 et une surconsommation d'oméga-6.

En France, 4% des consommateurs se considèrent comme végétariens et 32% de la population consommerait moins de viande qu'il y a deux ans. Mais certaines carences dues à ces régimes dépourvus de viande seraient responsables d'un risque accru de dépression. C'est en tout cas les conclusions d'une étude menée par des chercheurs de l'Université de Bristol, publiée dans la revue scientifique Journal of Affective Disorders.

Une carence en vitamine B12

Pour cette étude, les chercheurs britanniques se sont intéressés à 10 000 personnes dont 350 suivent un régime végétal. D'après leurs conclusions, 7% des végétariens et 50% des végans étaient sujets à une carence en vitamine B12. Également appelée cobalamine, cette vitamine se trouve dans la viande, les produits laitiers et, en plus faible dose, les fruits, légumes, noix et graines. Elle est essentielle au bon fonctionnement du cerveau puisque manquer de cette vitamine peut entraîner l'anémie - carence en globules rouges ou d'hémoglobine dans le sang - et la dégradation du système nerveux. Elle permet également de réguler l'humeur, ce qui explique une multiplication par deux du risque de dépression chez les végétariens. La vitamine B12 peut être prise en complément alimentaire pour ainsi s'adapter aux régimes exclusivement végétal.

Un excès en oméga-6

D'après les résultats, la vitamine B12 ne serait pas la seule en cause. Les végétariens consommeraient plus de noix de Grenoble et de noix de Brésil, très riches en oméga-6, un acide gras qui, trop ingéré, est néfaste pour l'organisme. Leur taux de phyto-oetrogènes, dû à une forte consommation de légumes et de soja, seraient d'ailleurs également responsables de troubles de l'humeur.

Présents dans les graines de chia, la mâche, les amandes, certaines huiles végétales ou sous forme de complément alimentaire, les oméga-3 permettent de réguler l'humeur, ils donc vivement recommandés. De quoi concilier convictions et bonne santé.

 À lire aussi : 

Réduire sa consommation de viande, qu'en dites-vous ?

Laits végétaux : attention aux carences chez les enfants !

Vegan et sportive : comment adapter mon alimentation ?


Valentine Poignon
Retrouvez cet article et plus d'infos sur Femme Actuelle

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016