Max Bird : “Faire des efforts pour la planète, c'est épanouissant”

Superfree - AA
Vulgarisateur scientifique sur Youtube et comédien sur les planches pour son one-man-show “’Encyclo-Spectacle”, Max Bird “dézingue” les idées reçues avec ses sketchs sur les oiseaux, les gladiateurs ou les dinosaures. Rencontre.
 
S’il devait choisir son époque préférée, Max Bird choisirait la nôtre. “On a un énorme défi à relever à notre époque, et c’est peut-être la plus belle chose à vivre pour une génération”.  Car il est comme ça, Max Bird : il aime relever les défis. A 15 ans, alors qu’il fait son lycée en Guyane, il part sur les traces de la Harpie Féroce, cet oiseau très rare et redoutable des forêts tropicales d’Amérique Latine qui mange des singes. Après des réveils aux aurores et des kilomètres de forêts parcourues, il finit enfin par photographier le spécimen. Mais quand on réalise son rêve à 20 ans, on fait quoi après ? Max Bird a décidé d’envoyer tout valser. Il abandonne ses études en biologie, s’installe à Paris pour s’inscrire au cours Florent et devient comédien avec l’idée, déjà, de faire des vidéos sur Internet. En 2016, il monte sa chaîne de vulgarisation scientifique sur Youtube. Le succès arrive vite. Aujourd’hui, il cumule des millions de vues avec plus de 500 000 abonné(e)s. 
 
 
Nous le retrouvons début décembre dans la suite “Sublime” de l’Hotel Seven à Paris, alors en pleine tournée pour son one-man-show “Encyclo-Spectacle”. Nous avons parlé environnement et défis pour la planète.
 
Aktu Free : Accompagné d’une soixantaine de Youtubeurs, tu prends part au mouvement #OnEstPrêt qui vise à sensibiliser les gens sur les enjeux environnementaux. Comment a débuté le mouvement ? 
 
Max Bird : Avec la démission de Nicolas Hulot le 28 août dernier, on a senti qu’il y avait plusieurs initiatives pour l’environnement qui cherchaient à naître. Il y a eu une sorte de sursaut écologique, il fallait en profiter. On a créé deux campagnes complémentaires, “Il est encore temps” et “On est prêt” qui est plus accès sur les changements d’habitudes à l’échelle individuelle. Je trouve que c’est une super initiative car il y a beaucoup de gens aujourd’hui qui sont justement convaincus qu’il faut changer ses habitudes sans savoir forcément par où commencer. En suivant ce mouvement, #OnEstPrêt, ou en s’inscrivant à la newsletter, on reçoit des rappels de tout les youtubeurs qui en parlent. Donc ça vous met dans une ambiance pendant un mois, une sorte de “on le fait tous ensemble”. Et au bout d’un mois, on aura peut-être créer des habitudes qui dureront.
 

AF : Le changement des habitudes est une chose. Et la place de l’État dans la transition écologique ? 
 
MB : On peut se dire “c’est à l’État de légiférer ça, à l’État d’interdire le plastique, d’interdire le soja qui vient du brésil pour nourrir les bêtes...” Oui, si l’État ne fait pas ça, avec nos seules habitudes, ce sera effectivement très compliqué de permettre un changement en profondeur. Je pense qu’on doit agir ensemble : l’État et chacun d’entre nous aussi. Si on continue à consommer comme ça, l’État va toujours privilégier le profit et dans ce système c’est normal malheureusement. Mais si nous, collectivement et individuellement, on change nos habitudes, cela va faire naitre un marché à prendre. Et ça peut faire changer la vision des grands groupes et des politiques qui auront plus de faciliter à faire passer des lois. Donc il faut faire avancer ces sujets-là en même temps. Ce serait même mieux si l’État ne se servait pas de l’écologie pour faire culpabiliser les gens… parce que c’est très bien de mettre une taxe écolo sur le carburant mais il faut garantir qu’elle va bien aller pour la transition écologique et il faut mettre des taxes aussi sur ce qui pollue le plus, pas seulement sur les voitures. Si on arrive à faire tout ça, à montrer qu’on peut faire des efforts en même temps, que l’on va ensemble dans une même direction, ce sera très bien pour la planète et pour nos enfants.  Il faut même se dire que faire des efforts pour la planète, c’est épanouissant. On est dans des sociétés qui sont individualistes, et depuis qu’il n’y a plus de religions - même si moi je suis pas très fan des religions - il n’y a plus de lien. Car l’avantage avec les religions c’est que ça créer du lien, ça rassemble les gens,  ça les emmène vers une même direction. Aujourd’hui, on est individualiste. L’une dès seule cause qui peut nous faire converger dans le même sens, c’est l’effort collectif pour la planète.
 
AF : Comment t’engages-tu toi, personnellement, au quotidien ? 
 
MB : Je ne suis pas encore au niveau des gens qui sont très engagés la-dessus. J’ai encore plein de mauvaises habitudes. Sur certains aspects, ça se passe très bien et sur d’autres c’est complètement n’importe quoi. Je ne cuisine pas par exemple. Quand tu ne cuisines pas, tu produis énormément de déchets. Ce que tu manges est toujours plus ou moins quelque chose de transformé. Mais aujourd’hui quand tu cours , que tu as même pas le temps de dormir et d’aller aux toilettes c’est compliqué de se dire “bon maintenant je vais me mettre à cuisiner”. On doit tous faire des efforts à notre niveau. Personne n’est exemplaire. C’est pas parce qu’on n’est pas au point sur certains sujets qu’on ne peut pas essayer d’être bien sur d’autres. Si dans votre métier vous devez prendre l’avion tout le temps, vous pouvez faire des efforts sur d’autres choses. Si dans votre métier vous êtes obligé de prendre la voiture, que vous n’avez pas le choix, vous pouvez essayer de changer d’autres aspects de votre quotidien. Il ne faut pas se dire qu’il faut être irréprochable sur tout.  Parce que ça, ça veut dire que quelqu’un qui n’est pas absolument irréprochable n’a pas le droit de manifester, pas le droit de conseiller ses amis, pas le droit d'être vigilant sur une consommation et pas une autre… C’est très grave de faire ça. Personne n’est irréprochable. Il faut juste, avec les données qu’on a, agir au mieux et faire en sorte que la transition écologique, si elle ne se fait pas en deux jours, puisse se faire en quelques années. 

 
Retrouvez les dates du spectacle de Max Bird en cliquant ici. Pour suivre ses vidéos, c’est par ici
McAfee
X fermer la publicité
     © Free 2018