Reportage Dans la peau du Baron noir

 ( Acirc; copy; Jean-Claude Lother / Kwai / Canal+)
VSD - AA

À Paris, nous avons assisté à une journée de tournage de la deuxième saison de l'excellente série politique de Canal+ avec Kad Merad.

Nous sommes au 10 de la rue de Solferino et, en ce vendredi de septembre, l'adresse abrite encore le siège du parti socialiste. Une trentaine de personnes s'affairent alors qu'Aurore, la porte-parole du parti, traverse la cour avec son assistante. L'illusion serait totale si le portrait ornant la façade était celui de Jean-Christophe Cambadélis, le vrai premier secrétaire et pas celui de... mais chut ! Bienvenue sur le plateau du Baron noir, deuxième saison. 

C'est le 86e jour de tournage, la nomination de Kad Merad aux Emmy Awards vient de tomber (mais c'est Kenneth Branagh qui l'obtiendra). Comme pour authentifier cette reconnaissance, Merad va jouer une scène clé de cette saison, dans une rue proche : « J'arrête. Le Baron noir c'est fini. Je me plante depuis tellement longtemps », chuchote le comédien, qui incarne Philippe Rickwaert, ému, à Cyril Balsan, son attaché parlementaire. Quelques minutes plus tôt, Rickwaert s'effondre, en larmes, sur un banc, seul. « Il perd un monde. C'est irrationnel. Il est face à lui-même et fatalement sincère », raconte le cocréateur de la série, Éric Benzekri. 

(...)Cliquez ici pour voir la suite

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016