États-Unis : condamné à mort, il obtient un sursis de dernière minute

Photo d #39;illustration. Deux cellules dans le couloir de la mort du p eacute;nitencier d #39;Etat de l #39;Idaho.  (Nagel Photography / Shutterstock.com)
24matins - AA

Alors qu'un détenu de 63 ans était censé être exécuté jeudi par injection létale dans l'État américain du Tennessee, une cour d'appel a suspendu l'exécution après la requête du condamné à mort de passer sur la chaise électrique.

Il devait être exécuté jeudi par injection létale à Nashville, dans le Tennessee (États-Unis). Edmund Z., 63 ans, condamné à mort pour le meurtre de deux hommes en 1984, a finalement échappé à cette sentence. Mais la suspension de cette exécution par une cour d'appel n'a vocation qu'à examiner une autre forme de condamnation à mort souhaitée par le détenu.

L'État du Tennessee permet ainsi aux personnes condamnées à mort avant 1999 de choisir la manière dont elles écoperont de la peine capitale. Les avocats d'Edmund Z. avaient multiplié les recours ces derniers jours, et l'un d'eux d'avoir été retenu pour l'absence de "conseils adéquats" délivrés dans la première phase de défense du condamné.

Condamné à mort, ses avocats lui voulaient la chaise électrique plutôt que l'injection létale

Comme le relate Europe 1, la cour d'appel estime que, quand bien même le dossier demeure "dur" à défendre dans le fond, le "minimum" était d'autoriser Edmund Z. à présenter ses arguments. Le recours retenu avait été déposé mercredi devant un tribunal fédéral, et requérait une exécution par chaise électrique plutôt que par injection létale.

Les avocats du condamné souhaitaient alors réduire la douleur de sa mort le plus possible : "les 10 à 18 dernières minutes de sa vie seront une horreur absolue, [alors que dans le cas d'une électrocution, il ressentira] une douleur insoutenable, probablement pendant 15 à 30 secondes".

Aucune exécution de ce genre aux USA depuis 2013

On nous rappelle que si le Tennessee est l'un des neufs États américains permettant encore l'exécution par chaise électrique, son recours à l'échelle nationale reste faible. Depuis 2000, seuls 14 condamnés à mort ont ainsi péri de la sorte sur près de 900 exécutions sur l'ensemble du pays.

La dernière du genre remonte à 2013, et dans le cas du Tennessee, aucune exécution tout court n'a eu lieu depuis 2009. Au mois d'août de cette année-là, un homme y avait été exécuté par injection létale pour le viol et le meurtre d'une enfant en 1986.

X fermer la publicité
     © Free 2018