En déplacement en Algérie, Emmanuel Macron refuse d'être "otage du passé"

La visite d #39;Emmanuel Macron n #39;aura dur eacute; qu #39;une douzaine d #39;heures. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Franceinfo - AA

Emmanuel Macron a appelé mercredi à Alger à ce que la France et l'Algérie approfondissent leur relation.

C'était sa première visite en Algérie depuis son arrivée à la présidence de la République : Emmanuel Macron a passé la journée à Alger, mercredi 6 décembre. Candidat, il avait qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité". Mercredi, sa ligne était toutefois "ni déni, ni repentance" : "Je refuse d'être l'otage du passé", a-t-il ainsi déclaré. Pour permettre au passé de passer, justement, il annonce que la France restituera à l'Algérie des crânes de combattants algériens décapités par les troupes coloniales au 19e siècle. Il attend en retour qu'Alger fasse des efforts pour que les Français nés en Algérie, notamment les harkis et leurs familles, puissent y retourner s'ils le souhaitent.

"Mais vous n'avez jamais connu la colonisation !"

Sa visite à Alger a commencé par un bain de foule dans l'ancienne rue d'Isly. En 1962, l'armée y tirait sur les opposants à l'indépendance. On verra ensuite Emmanuel Macron poser devant le Milk Bar, glacier populaire d'Alger, où un attentat du FNL avait tué onze personnes en 1956. Aussi, Emmanuel Macron n'a-t-il pas pu éviter les souvenirs de l'Algérie française et de la guerre. Quand deux jeunes hommes l'interpellent sur la colonisation, la réponse du président de la République est volontairement raide. "Quel âge avez-vous ? [26 ans] Mais vous n'avez (...)

Lire la suite sur Franceinfo

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016