Présidentielle au Honduras: l'OEA demande une vérification méticuleuse des résultats contestés

Le pr eacute;sident du Tribunal Supr ecirc;me Electoral (TSE), David Matamoros, s #39;adresse aux m eacute;dias, le 6 d eacute;cembre 2017  agrave; Tegucigalpa, au Honduras (AFP - JOHAN ORDONEZ)
AFP - AA

L'Organisation des Etats américains (OEA) a demandé mercredi "un processus exhaustif et méticuleux de vérification" des résultats contestés de l'élection présidentielle au Honduras "qui déterminera ou non l'existence d'une fraude", face à "l'accumulation d'irrégularités".

Dans un communiqué, elle dénonce le "manque de garantie et de transparence" ainsi que "l'accumulation d'irrégularités" enregistrée par sa mission d'observateurs, menée par l'ancien président bolivien Jorge Quiroga, estimant qu'elle "ne peut avoir des certitudes sur les résultats".

La totalité des bulletins ont été dépouillés. Le président sortant (parti national, droite) Juan Orlando Hernandez remporterait l'élection, avec 42,98% des votes, tandis que le candidat de l'Alliance de l'opposition contre la dictature (gauche) Salvador Nasralla, présentateur de télévision de 64 ans, en totaliserait 41,38%, selon les résultats officiels.

AFP - Le président sortant Juan Orlando Hernandez montre le document qu'il a signé avec l'Organisation des Etats américains (OEA) par lequel il accepte un nouveau comptage des votes, le 6 décembre 2017 à Tegucigalpa, au Honduras - Par JULIO ANTUNEZ

Pour autant, le Tribunal Suprême Electoral (TSE) se refuse à déclarer un vainqueur, avant que la période de recours -qui s'achève vendredi- n'arrive à échéance. L'opposition avait demandé mardi la vérification de la totalité des 18.128 procès-verbaux.

Mais malgré l'apparente disposition du TSE à accéder à la demande de l'opposition, la requête n'aurait pas été encore adressée formellement à l'autorité chargée des élections.

"Nous attendons toujours une proposition concrète de l'Alliance" de l'Opposition contre la Dictature, a déclaré à la presse David Matamoros, le président du TSE.

M. Hernandez a accepté qu'un examen complet du scrutin soit effectué et proposé en outre une "vérification médico-légale" du serveur informatique du TSE, dont les pannes durant le décompte alimentent les suspicions de fraude.

Mais M. Nasralla, qui a, à maintes reprises, exprimé sa méfiance à l'égard du TSE, a demandé mercredi la formation par des organisations internationales d'un organisme indépendant chargé de procéder à un examen minutieux de la totalité des bulletins. "Il n'est pas approprié que cet arbitre continue", a dit Nasralla en référence au tribunal électoral hondurien.

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016