Mort de l'ancien président du Yémen Ali Abdallah Saleh : "Il va y avoir des combats de plus en plus violents"

Un nbsp;combattant houthiste participe  agrave; la traditionnelle danse de Baraa,  agrave; Sanaa, au Yemen, le 28 novembre 2017. (KHALED ABDULLAH / REUTERS)
Franceinfo - AA

François Frison-Roche, chercheur au CNRS, a analysé pour franceinfo lundi les conséquences du décès de l'ancien président du Yémen, Ali Abdallah Saleh. 

L'ancien président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, a été tué ce lundi 4 décembre dans de violents combats qui agitent la capitale du pays, Sanaa. Le Yémen, enfoncé depuis trois ans dans la guerre, risque de subir une nouvelle montée de violences, a estimé sur franceinfo François Frison-Roche, chercheur au CNRS, ancien directeur du projet français d'aide à la démocratisation du Yémen (2012-2014). "Il va y avoir des combats de plus en plus violents, a-t-il pronostiqué. Les troupes restées fidèles au président Ali Abdallah Saleh ne vont pas laisser passer l'occasion de se venger".

franceinfo : Comment analysez-vous la mort confirmée de l'ancien président Saleh ? Peut-on parler d'un tournant dans le conflit ?

François Frison-Roche : Oui, c'est un tournant majeur dans le conflit, dans toutes ses dimensions, y compris humanitaires. Cela va être très difficile d'apporter de l'aide aux populations qui sont majoritaires dans le nord du Yémen. Manifestement, les Houthis vont non seulement se battre contre les forces gouvernementales du président Abdrabbo Mansour Hadi, et notamment les forces du général Ali Mohsen qui s'approchent de Sanaa, mais aussi les troupes restées fidèles au président Ali Abdallah Saleh qui ne vont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016