Comment Liz Smith a inventé Donald Trump

Unes du New York Post
Slate - AA

La grande affaire des tabloïds, c'est le storytelling. Une fictionnalisation outrancière des faits comme des personnes, qui les projette soudain sur le devant de la scène, les arrachant à leur banalité crasse. La face bouffie, la mèche rebelle et la bouche grand ouverte, Trump offrait déjà ses traits les plus saillants au talent des caricaturistes dans les années 1970.

Il n'en fallait pas plus à Liz Smith pour saisir l'aubaine, et trouver dans le jeune entrepreneur trop pétulant un excellent personnage de fiction, et un accélérateur de carrière. La chroniqueuse, décédée ce dimanche à l'âge de 94 ans, officiait dans les rubriques à potins de la presse américaine, du New York Daily News au Cosmopolitan en passant par The Washington Post, Newsday et autres shows télévisés.

Dès 1976 -l'année même où Rupert Murdoch achetait le New York Post et en infléchissait la ligne éditoriale sur le modèle des tabloïds britanniques-, elle commençait à écrire ses chroniques quotidiennes sur les célébrités de New York, gagnant peu à peu le titre de «Grand Dame of Dish», que l'on pourrait traduire par «Reine des ragots».

«Le roi de l'hyperbole»

 

Entre l'ambition du jeune Trump de se tailler un nom dans les gratte-ciels américains et celle de Smith de faire les pleines pages des actualités mondaines, il y eut comme la rencontre d'un acteur et de son producteur. Le magnat de l'immobilier avait jusque-là été guidé par l'avocat Roy Cohn, qui avait largement soutenu dans les années 1950 la «chasse aux rouges» de McCarthy en faisant appel aux services du célèbre échotier de l'époque, Walter Winchell.

 

Reproduisant la recette, il s'agissait de cultiver la machinerie à ragots et d'apparaître aux bons endroits aux bons moments, si possible entouré de ses modèles ou d'autres célébrités. «Trump était le roi de l'hyperbole et il possédait juste la touche nécessaire de vulgarité à la Elvis pour se ...

Lire la suite sur Slate.fr


ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016