VIDEO. Pour augmenter la rançon, les trafiquants de migrants les torturent pendant qu'ils téléphonent à leur famille

Torture Lybie (CAPTURE ECRAN FRANCE 2)
Franceinfo - AA

A Bani Walid, plaque tournante libyenne d'un sordide trafic de migrants, une équipe du magazine "Complément d'enquête" a pu rencontrer des rescapés dans un refuge appelé "l'hôtel Ivoire". Voici un extrait où ils témoignent des méthodes implacables de leurs anciens geôliers.

La route des migrants africains vers l'Europe passe par Bani Walid, en Libye, à 150 kilomètres des côtes méditerranéennes. L'endroit est devenu la plaque tournante d'un trafic d'êtres humains, séquestrés et torturés quand leur famille ne peut pas verser la rançon exigée. "Complément d'enquête" y a tourné un reportage dont voici un extrait.

Une équipe du magazine a pu rencontrer des rescapés dans un refuge appelé "l'hôtel Ivoire". Ils viennent d'une douzaine de prisons différentes, mais tous témoignent des mêmes méthodes, implacables, de leurs anciens geôliers. Pour obtenir le maximum d'argent, les trafiquants appellent les familles pendant les séances de torture. La mère de Demba a ainsi entendu depuis le Sénégal son fils se faire électrocuter. "Quand j'ai commencé à parler à ma mère, raconte-t-il, on m'a attrapé, on m'a branché le courant, et j'ai crié 'Maman ! Maman !'"

Le racket ne s'arrête pas forcément avec le versement de la rançon

"Maman, il faut payer l'argent, il faut me libérer, a-t-il continué, sinon on va me tuer, ici." En entendant les cris de douleur de leur enfant, (...)

Voir la vidéo sur Franceinfo


ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016