Champs-Elysées : les réactions des candidats

Dailymotion - AA

L'attaque sur les Champs-Elysées qui a coûté la vie d'un policier a suscité les réactions des candidats à l'élection présidentielle. On commence avec Emmanuel Macron :

Ce soir, je veux témoigner toute ma solidarité à l'égard de nos forces de l'ordre. pic.twitter.com/aUiBacywpW- Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 20 avril 2017

'Le défi moral qui est le notre aujourd'hui et pour les années à venir, c'est de ne pas nous diviser d'une part, mais c'est aussi de préparer notre avenir. Ce qu'ils veulent, c'est l'effondrement moral, c'est qu'il veulent, c'est la contemplation du désastre. Et je ne céderai en rien là-dessus. Ne jouons pas avec les peurs.'

Marine Le Pen a demandé elle au président de la République François Hollande de fermer les frontières :

'La lutte contre le terrorisme commence par retrouver nos frontières nationales, et arrêter avec la naïveté.' #AttentatChampsElysées RFI pic.twitter.com/koIZ3n5UJd- Marine Le Pen (MLP_officiel) 21 avril 2017

'Je lui demande solennellement d'ordonner la restauration de nos frontières en vertu du traité de Schengen et le traitement administratif ou pénal immédiat des fichés S. C'est-à-à dire de tous les individus présents sur notre sol connus pour leur adhésion à l'idéologie de l'ennemi.'

Le candidat des républicains a appelé à l'unité d'action :
Déclaration à la suite de l'attentat des #ChampsÉlysées https://t.co/tScICqVyZu- François Fillon (@FrancoisFillon) 21 avril 2017

'Ma politique étrangère sera ciblée en priorité sur la destruction de l'Etat Islamique puisque c'est lui qui nous menace directement. Cela ne sera possible que le jour où toutes les grandes puisssances agiront vraiment ensemble. Plus les Etats-Unis, l'Europe, la Russie, L'Iran, la Turquie, les Pays du Golfe sont divisés, plus la victoire contre le totalitarisme islamique est rétardé.'

Jean-Luc Mélenchon prône une résistance démocratique :
#15MinutesPourConvaincre : La conclusion de Jean-Luc Mélenchon pic.twitter.com/I8lxri9UcK- France Inter (@franceinter) 20 avril 2017

'Pas de panique, ne pas interrompre le processus de notre démocratie de manière à bien montrer que les violents n'aurons pas le dernier mot contre les Républicains.'

Benoît Hamon a défendu l'instant démocratique :
Je refuse que l'on joue à diviser les Français.es. Je crois en notre identité mosaïque. #BourdinDirect pic.twitter.com/Kvm7Rf9b8k- Benoît Hamon (@benoithamon) 21 avril 2017

'Nous devons chérir ce moment démocratique parce que justement d'autres le détestent, notamment les terroristes qui assassinent.'

Quant au Premier ministre, Bernard Cazeneuve il a accusé Marine Le Pen et François Fillon d'avoir choisi 'l'outrance et la division'.

(avec agences)

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016