Projet d'attaque violente visant Macron : les quatre suspects voulaient poignarder le président lors des commémorations du 11-Novembre

Emmanuel Macron, lors de son d eacute;placement dans les Ardennes pour les comm eacute;morations de la fin de la Premi egrave;re Guerre mondiale, le 7 novembre 2018,  agrave; Charleville-M eacute;zi egrave;res. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)
Franceinfo - AA

Les quatre hommes, des sympathisants de l'ultradroite, ont reconnu les faits lors de leur garde à vue. 

Ils allaient passer à l'action. Les quatre suspects dans l'affaire du projet d'attaque visant Emmanuel Macron sont passés aux aveux lors de leur garde à vue à la DGSI, a appris France 2, vendredi 9 novembre. Les quatre hommes ont ainsi détaillé le plan que Jean-Pierre B., le meneur présumé, avait prévu pour attaquer au couteau le président de la République, mercredi 7 novembre, durant les commémorations du 11-Novembre à Charleville-Mézières (Ardennes).

Cet ancien négociant en bois de 62 ans, originaire de Saint-Georges-de-Commiers (Isère) était sous la surveillance de la DGSI depuis le 31 octobre, en raison de ses échanges sur des messageries cryptées où il se montrait très virulent vis-à-vis d'Emmanuel Macron. Mais lundi, tout s'accélère. Jean-Pierre B. prend la route avec un autre homme pour rejoindre Bouzonville, en Moselle. Dans cette commune de 3 500 habitants proche de Charleville-Mézières, ils retrouvent deux autres complices et passent la nuit à leur domicile.

"Il aurait pu y arriver"

Les forces de l'ordre décident alors d'intervenir dans la matinée pour interpeller les quatre supects dans le logement. Ils retrouvent dans la voiture de Jean-Pierre B. un couteau en céramique qu'il devait utiliser le jour même pour poignarder (...)

Lire la suite sur Franceinfo

X fermer la publicité
     © Free 2018