Un ex-animateur condamné à 15 ans de prison pour abus sexuels sur des élèves

Un ex-animateur condamn eacute;  agrave; 15 ans de prison pour des abus sexuels sur des  eacute;coliers (AFP/Archives - LOIC VENANCE)
AFP - AA

Un ex-animateur de la ville de Courbevoie (Hauts-de-Seine) a été condamné vendredi à 15 ans de prison pour des agressions sexuelles sur 15 enfants et des viols sur deux d'entre eux, notamment dans des écoles primaires où il travaillait sur le temps périscolaire.

Ce verdict est venu conclure six jours de débats douloureux aux assises des Hauts-de-Seine, au cours desquels parents et enfants ont fait face à l'accusé, qui a reconnu, pour la première fois, les faits de viols.

"N'oubliez pas qu'il a abusé d'une multiplicité de victimes, qu'elles étaient extrêmement jeunes, qu'il s'est servi de leur confiance, de leur âge et naïveté", a déclaré vendredi l'avocate générale, Aurélia Gandray, avant de requérir 16 à 18 ans de réclusion criminelle.

L'accusé qui se tenait assis, la tête basse, pendant une grande partie du procès, était accusé d'une série d'agressions sexuelles et de viols sur des garçons de 6 à 9 ans, entre 2011 et 2015.

Des attouchements lui étaient reprochés, mais aussi des fellations et des viols, commis lors de babysittings et dans la cour, les toilettes et les gymnases de trois écoles de Courbevoie. Il était aussi poursuivi pour corruption de mineurs sur deux autres enfants, et détention d'images pédopornographiques.

"Je ne nie pas les difficultés familiales, personnelles et professionnelles de l'accusé, c'est son histoire et je la respecte. Mais ce que je ne peux pas tolérer, ce sont ces actes ignobles, odieux, commis par un adulte responsable", a estimé l'avocate générale.

L'ex-animateur, aujourd'hui âgé de 29 ans, a été adopté en Inde à quelques mois par une famille aisée. Il a eu d'importantes difficultés scolaires et s'est finalement orienté vers l'animation en 2012, avec le statut de travailleur handicapé. A l'audience, il a confié avoir été lui-même victime d'abus sexuels, notamment chez les scouts.

- "Épée de Damoclès" -

"Les seules victimes sont du coté des parties civiles", a assuré d'emblée son avocat, Me Sammy Jeanbart.

"Simplement, vous êtes des juges. Vous devez intégrer la complexité des situations et vous ne pouvez pas (...) simplement vous référer à la douleur réelle des victimes, des familles, aux dégâts évidents commis par l'accusé, et évacuer la réalité de ce qu'il est. De ce qu'il peut devenir".

L'avocat a rappelé que son client avait reconnu la quasi-totalité des faits et qu'il avait déjà entamé un travail thérapeutique en prison, insistant sur "l'utilité sociale" de la peine: "Ce n'est pas un service à rendre à la société que d'en faire quelqu'un qui soit totalement détruit par la détention", a-t-il plaidé.

La veille, les parties civiles ont souligné une autre interrogation majeure de ce procès: deux signalements, en 2012 et 2013, réalisés auprès de la hiérarchie de l'animateur et dont la justice n'avait, alors, pas eu connaissance.

"Les victimes connues et identifiées de l'accusé sont déjà très nombreuses. Mais ce qui est insupportable dans ce dossier, c'est qu'il y aurait pu en avoir moins", a lancé Me Nathalie Bucquet pour l'association Innocence en danger. "Cette audience a été complète et je crois qu'elle vous permet aujourd'hui de juger un coupable, et demain, les responsables."

Sur ce volet, une enquête contre X pour "non-dénonciation" a été ouverte à l'automne 2017, mais elle n'est pas encore bouclée.

La structure communale qui employait l'animateur, le VAL, était ainsi partie civile au procès. On y "comprend et respecte" la colère des parents, a assuré leur avocat, Me Marc Borten, qui a regretté que ses employés aient été "salis" et qu'ils vivent avec une "épée de Damoclès" au-dessus de la tête.

"La peur, aujourd'hui, elle doit être du côté de l'accusé", a conclu Me Marie Grimaud, qui défendait quatre enfants. Ces derniers "demandent une chose: qu'on les protège enfin", qu'ils "puissent grandir au moins sereinement, au moins jusqu'à l'âge adulte".

X fermer la publicité
     © Free 2018