Ruffin à la tribune de l'Assemblée avec le maillot d'un club de foot amateur

Le d eacute;put eacute; Insoumis Fran ccedil;ois Ruffin, le 27 juin 2017  agrave; l #39;Assembl eacute;e nationale  agrave; Paris (AFP/Archives - GEOFFROY VAN DER HASSELT)
AFP - AA

Le député Insoumis François Ruffin s'est vu infliger jeudi une sanction pécuniaire par le président de l'Assemblée, qui lui a reproché l'"extravagance vestimentaire" d'avoir revêtu le maillot d'un petit club de football en soutien à une proposition de loi pour taxer les gros transferts.

Cette sanction, "un rappel à l'ordre avec inscription au procès verbal" que le député pourra contester devant le bureau de l'Assemblée, lui vaudra d'être privé, pendant un mois, de 1.378 euros, soit le quart de l'indemnité parlementaire.

L'élu LFI de la Somme, qui avait coécrit en 2014 "Comment ils nous ont volé le football - la mondialisation racontée par le ballon", est monté en fin de matinée à la tribune de l'Assemblée et a enlevé son pull pour dévoiler le maillot vert de l'Olympique Eaucourt, club de la commune d'Eaucourt-sur-Somme.

Voulant prendre le contrepied de la ministre Laura Flessel "qui n'a parlé de sport qu'en terme de compétitivité, comme un trader" selon lui, François Ruffin a narré la vie des bénévoles "qui lavent, plient et rangent les maillots pour pas un rond", en vantant "le don de soi dans une société où tout se marchande" pour défendre une proposition de loi UDI-Agir visant à taxer les gros transferts pour financer le sport amateur.

Cet épisode n'a pas plu au président de séance Hugues Renson (LREM) qui lui a rappelé, au terme de son intervention, "le respect dû à nos débats qui implique une tenue correcte qui soit digne des lieux".

"Vos extravagances vestimentaires ne rendent pas hommage au travail que nous devons mener dans cet hémicycle", a-t-il lancé, avant de suspendre la séance pour la pause déjeuner.

A la reprise de la séance à 15H00, le député est revenu avec son maillot, provoquant la suspension immédiate des débats.

Au terme d'une vingtaine de minutes, pendant laquelle quelques quolibets ont fusé ("Dehors et privé d'indemnités ! On ne peut pas avoir des huissiers en cravate et des charlots en maillot", a lancé l'UDI Thierry Benoit), le président de l'Assemblée François de Rugy (LREM) est intervenu pour infliger cette sanction au député, estimant que son comportement "relève d'une provocation".

M. Ruffin a répondu être "très fier de faire entrer dans l'hémicycle le visage de tous les gens des petits clubs", avant de remettre son pull "en apaisement".

Le co-président du groupe UDI-Agir-indépendants, Jean-Christophe Lagarde, a ensuite demandé que le bureau de l'Assemblée revienne sur sa décision de l'été, quand il avait acté le droit pour les députés de siéger sans veste ni cravate. "Non pas par excès de tradition, mais pourquoi ne pas venir en short la prochaine fois!", s'est exclamé cet élu de Seine-Saint-Denis.

Peu après, le chef de file des députés LR Christian Jacob a fait savoir à l'AFP qu'il souhaitait aussi "qu'on revienne à des tenues dignes, décentes", reprochant aux Insoumis d'être "incapables de se distinguer par leurs idées".

Les députés de La France insoumise ont bousculé les us et coutumes en se présentant régulièrement sans cravate au Palais-Bourbon depuis la première séance de la législature, justifiant ce choix par un rejet des "codes vestimentaires qui nous sont imposés".

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016