La France est-elle en train de se retourner contre ses pauvres?

Aux Restos du coeur  agrave; Villeurbanne I Jean-Philippe Ksiazek / AFP
Slate - AA

La population française, traditionnellement compréhensive à l'égard des personnes pauvres et des situations de pauvreté, deviendrait plus dure, plus critique. Il y aurait là l'expression d'une «fatigue» ou d'une «lassitude» de la compassion. L'expression, qui a peu à peu pris pied dans le débat expert, vient d'outre-Atlantique. Les États-Unis ont incontestablement vécu une certaine «fatigue de la compassion» qui a en partie réorienté, durant les années 1980, les sentiments à l'endroit des plus démunis de la sympathie vers l'antipathie. Les politiques publiques, elles, seraient passé de la guerre contre la pauvreté, déclarée officiellement au début des années 1960 par l'administration Johnson, à une forme de guerre contre les pauvres sous les administrations Nixon, puis Reagan et même Clinton (avec l'avènement du «workfare»).

Il n'en va absolument pas de même en France. La vivacité de la solidarité envers les plus démunis est en fait relativement stable. La compréhension à l'égard des personnes défavorisées demeure élevée. Dans tous les cas, cette solidarité et cette compréhension exprimées demeurent majoritaires. Il en va autrement des politiques sociales. Celles-ci font l'objet de critiques récurrentes, nourrissant des réformes qui seront elles-mêmes ensuite critiquées. Pour le dire nettement, il n'y a toujours pas de fatigue de la compassion en France à l'égard des pauvres, mais une contestation suspicieuse des mécanismes de type minima sociaux. Ce qui est structurel en France tient de cette double appréciation: compassion et contestation; compassion pour les pauvres (au sens de compréhension), contestation des politiques pour les pauvres (au sens de suspicion de leurs effets pervers).

Des tendances au durcissement n'empêchent pas une compréhension globale

Le renforcement des critiques n'est pas neuf. Il est repérable déjà au tournant des années 1990 et 2000. On note alors dans l'opinion des propensions à une critique plus poussée du RMI et à une augmentation des appréciations jugeant que les pouvoirs publics s'impliquent suffisamment pour aider les démunis. Ce mouvement ...

Lire la suite sur Slate.fr

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016