Infanticide. « On m'ordonne d'aller à Berck » se défend Fabienne Kabou

A la barre, Fabienne Kabou l #39;assure :  laquo; On m #39;ordonne d #39;aller  agrave; Berck, aussi  eacute;trange, dr ocirc;le et cocasse que cela puisse para icirc;tre  raquo;. (AFP)
Ouest France - AA

Fabienne Kabou, accusée d'avoir assassiné sa fille Adélaïde en l'abandonnant à marée montante sur une plage de Berck-sur-Mer, a expliqué hier devant la cour d'assises du Nord avoir agi sur les conseils... d'une voyante.

La cour d'assises d'appel du Nord est longuement revenue hier sur ce tragique 19 novembre 2013, qui a vu Fabienne Kabou abandonné son enfant à marée basse sur une plage de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais). Habituel chignon strict et lunettes à montures noires, au quatrième jour de son procès en appel devant les assises du Nord, l'accusée assure que c'est une « voyante », qui l'a incitée à faire ce « voyage à la mer ». « Ce sera déchirant mais ce sera un voyage positif », lui aurait-elle dit. Alors, face aux « injonctions insistantes », elle « réserve » ses billets pour Berck.

A la barre, Fabienne Kabou l'assure : « On m'ordonne d'aller à Berck, aussi étrange, drôle et cocasse que cela puisse paraître ». Le matin du drame, « c'est Michel (le père de l'enfant ndlr) qui me réveille, je parressais un peu et il insiste. On descend pour le petit-déjeuner, la toilette d'Ada, et tout s'enchaîne », raconte-t-elle.

« A votre compagnon, vous lui dites quoi ? », questionne la prés...


Plus d'infos sur Ouest-France.fr

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016