Avec 223 femmes élues, va-t-on vers un recul du sexisme à l'Assemblée?

Laurence Rossignol, S eacute;gol egrave;ne Royal, Martine Pinville et Emmanuelle Cosse  agrave; l #39;Assembl eacute;e nationale, le 31 mai 2016. BERTRAND GUAY / AFP
Slate - AA

«Que d'agressions sexuelles en vue! L'Assemblée nationale, nouvelle maison close», pouvait-on lire au lendemain du premier tour des législatives parmi les réactions Facebook à plusieurs articles sur la qualification de 460 femmes au second tour, sur 1.154 candidats.

«Elles veulent être aux premières loges pour faire la bise à Macron», «L'Assemblée Nationale va sentir bon!», «La buvette de l'Assemblée Nationale va faire des économies», «Elles feraient mieux de faire le ménage chez elles». Et on en passe...

Mais parmi les commentaires, on trouvait aussi beaucoup d'encouragements, des félicitations, bref, de quoi ne pas désespérer quant au recul du sexisme dans l'hémicycle durant les cinq ans à venir.

2012-2017, la palme du quinquennat le plus sexiste?

 

Sifflets, caquètements, manterrupting ou encore mansplaining -le fait d'interrompre une femme ou de lui expliquer avec condescendance un sujet sur lequel elle a plus de connaissances... Outre qu'on ne comptait que 155 femmes à l'Assemblée (pour 577 députés), la dernière législature a brillé en matière de comportements sexistes.

Deux députés ont fait l'objet de sanctions du président de l'Assemblée. Philippe Le Ray, député UMP du Morbihan, a été privé d'un quart de ses indemnités pendant un mois pour avoir imité des bruits de poule lors de la prise de parole de Véronique Massonneau, élue EE-LV. Idem pour son collègue LR Julien Aubert qui avait abusé du «Madame LE Président» à l'égard de Sandrine Mazetier, qui dirigeait la séance.

Mais ces cinq dernières années ont aussi vu l'enquête sur l'affaire Baupin être classée sans suite, une députée se faire huer pour avoir abordé le harcèlement sexuel au sein de l'Assemblée et une ministre se faire siffler car elle portait une robe à fleurs. Dans le cadre de sa campagne, Cécile Duflot a prêté sa fameuse robe à cinq femmes pour qu'elles témoignent du sexisme ...

Lire la suite sur Slate.fr

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016