Fillon prêt à «rendre l'argent» s'il est élu président le 7 mai

Fran ccedil;ois Fillon lors de l #39; eacute;mission  laquo;Quinze minutes pour convaincre raquo;, le 20 avril 2017 | MARTIN BUREAU / AFP.
Slate - AA

«Rends l'argent!» Les réseaux sociaux se mobilisent sur ce slogan. Plusieurs initiatives convergent et une pétition réclame que François Fillon rembourse les sommes reçues par sa femme et ses enfants, comme attachés parlementaires ou autre. Lors de ses déplacements de campagne, le candidat est régulièrement interpellé sur ce point. Selon les informations données par une source proche du candidat à Slate.fr, François Fillon a décidé de prendre comme première décision, s'il est élu président de la République, de rembourser la somme reçue -un peu plus d'un million d'euros.

Le chef de la droite comprend que l'application de son programme, déjà très difficile à mettre en oeuvre par sa radicalité budgétaire, viendrait buter sur l'argument du contre-exemple venu d'en haut. Il ne peut pas demander des efforts financiers aux Français alors que lui s'est largement servi dans les caisses publiques. Il a donc décidé d'effacer cette ardoise, si l'on peut dire, et de priver ses adversaires de cet argument. François Fillon n'a pas voulu le faire auparavant comme candidat parce ce que l'annonce d'un remboursement aurait été interprétée comme une preuve de culpabilité. Mais une fois à l'Elysée, s'il veut mettre derrière lui définitivement les affaires et appliquer son programme, il n'a pas d'autre choix que de rembourser. Comme chef de l'État, il ne devrait avoir aucun mal pour emprunter la somme, même si un million représente beaucoup, auprès des banques.

L'affaire des emplois parlementaires de Penelope Fillon et des enfants du couple, qui a éclaté le 25 janvier avec les premières révélations du Canard Enchaîné, a durablement affaibli le candidat du parti Les Républicains durant cette campagne présidentielle. Alors qu'il était régulièrement crédité de 25% des voix mi-janvier, il a depuis durablement plongé sous la barre des 20%, au point d'être systématiquement devancé par Emmanuel Macron et Marine Le Pen et d'être désormais talonné par ...

Lire la suite sur Slate.fr


ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016