Ikea : pour avoir mal scanné des couvercles à la caisse automatique, elle finit en cellule

Un magasin Ikea vu du ciel. (anantachat / Shutterstock.com)
24matins - AA

La direction nationale du magasin a fini par présenter ses excuses à la jeune femme et à son père.

Émilie se souviendra très longtemps de son passage au magasin Ikea de Strasbourg ce 1er octobre. La jeune femme était en effet allée faire quelques emplettes chez le géant suédois avec son père, mais une fois à la caisse automatique, a commis une petite erreur qui aura de très grandes conséquences. Elle a en effet été interpellée et placée en garde à vue pour avoir simplement oublié de scanner des couvercles de bocaux à quelques euros.

Une simple omission

C'est sur son compte Twitter que la jeune femme a relayé sa mésaventure. Parmi ses achats, Émilie avait choisi des bocaux en verre Ikea accompagnés de leurs couvercles. Au moment du passage en caisse, la jeune femme et son père décident d'utiliser les caisses automatiques. Ils paient et s'apprêtent à quitter magasin lorsqu'un vigile les intercepte.

Après une «?fouille?» rapide, ce dernier remarque que le père et la fille n'ont pas payé les couvercles des bocaux qui étaient en fait vendus séparément. En effet, en y regardant de plus près, des codes-barres se trouvaient à l'intérieur de ces derniers. Les clients plaident alors leur bonne foi et indiquent qu'ils vont payer les couvercles pour réparer cette erreur. Mais le directeur du magasin serait alors monté sur ses grands chevaux.

Une policière «?choquée?»

Ce dernier ne veut rien savoir et accuse ses clients d'être «?une bande de voleurs?» sans vouloir entendre leurs explications. La police est alors appelée et un équipage arrive rapidement sur les lieux et indique à Émilie et son père qu'ils allaient être placés en garde à vue après une plainte déposée par le magasin.

Père et fille finissent en cellule, traités comme de vulgaires malfrats. On leur précise qu'ils pourront rester au commissariat jusqu'à 48 heures. Ce sera finalement la bienveillance d'une policière, choquée d'apprendre la raison dérisoire de leur interpellation qui ne comprend leur permettra de sortir libre après 3 heures passées en cellule.

Interpellée sur Twitter, la marque a présenté ses plus plates excuses à ses clients tout en indiquant que la plainte déposée allait être retirée.

X fermer la publicité
     © Free 2018