Portrait. Jean d'Ormesson se conjuguait à tous les temps

 laquo; Plus que tout le reste, ce que j #39;ai fait de mieux, c #39;est elle  raquo;, disait Jean d #39;Ormesson, en parlant de sa fille. (Photo AFP.)
Ouest France - AA

En octobre 2008, notre journaliste Philippe Lemoine avait rencontré Jean d'Ormesson, au moment de la sortie de "Qu'ai-je donc fait". L'auteur y distillait avec pudeur l'essence de sa vie, tout en tentant de cerner le vrai héros de toute son œuvre : le temps.

Jean d'Ormesson est décédé dans la nuit de lundi à mardi, à l'âge de 92 ans. Dans cet article initialement paru dans Ouest-France le 28 octobre 2008, notre journaliste Philippe Lemoine racontait la rencontre avec l'académicien, qui venait de publier le récit de sa vie dans Qu'ai-je donc fait.

15 h pétantes, Jean d'Ormesson pousse la porte de son éditeur Robert Laffont. Il n'a pas de montre, encore moins de téléphone portable mais, il est à l'heure. Fringant dans sa veste en tweed, il porte beau ses 83 ans, sourit de ses belles dents et vous dévisage à coup d'œillades bleues. Il est charmant, usant de délicates attentions issues d'une éducation ancestrale.

Jamais grand genre, tellement accessible, ainsi va Jean d'Ormesson, le plus populaire des aristos. Toute sa vie, il a collectionné les paradoxes, brouillant les traits d'une caricature trop vite dessinée : celle de l'écrivain catholique de droite. Voilà un grand t...


Plus d'infos sur Ouest-France.fr

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016