Affaire Grégory. Marcel Jacob entendu par la cour d'appel de Dijon

Encadr eacute; de ses deux avocats, Me St eacute;phane Giuranna et Me Laure Iogna-Prat, Marcel Jacob dissimulait son visage sous une capuche ce lundi matin lors de son arriv eacute;e  agrave; la cour d #39;appel de Dijon. (AFP)
Ouest France - AA

C'est à pied que l'homme mis en examen pour le rapt et la mort de son petit-neveu Grégory en 1984, est arrivé ce lundi matin à la cour d'appel de Dijon. Il a été entendu par une juge d'instruction, un peu plus de deux semaines après son épouse Jacqueline.

Marcel Jacob, 72 ans, qui n'a pas revu la magistrate Claire Barbier depuis sa mise en examen à la mi-juin, n'a pas fait de déclaration à son arrivée. Encadré de ses deux avocats, Me Stéphane Giuranna et Me Laure Iogna-Prat, il dissimulait son visage sous une capuche, tandis qu'il était assailli par une nuée de caméras et de photographes.

Devant la juge Claire Barbier, la défense compte faire valoir l'alibi du septuagénaire qui, selon elle, se trouvait au travail - comme son épouse également mise en examen - le 16 octobre 1984, quand l'enfant de quatre ans fut enlevé puis retrouvé mort dans la Vologne.

« C'est une audition qui se veut complète, j'ai demandé à ce qu'on fasse le tour du dossier, c'est ce qu'on est en train de faire », a déclaré Me Giuranna en milieu de journée. Interrompu pour le déjeuner, l'interrogatoire devait reprendre à 14 h. 

La veille, le conseil avait indiqué que son client, actuellement sous contrôle judic...


Plus d'infos sur Ouest-France.fr

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016