Mort de Patrick Henry : "Il a arrêté de se battre dans l'espoir de sortir" de prison, témoigne une amie proche

Patrick Henry, lors de sa libert eacute; conditionnelle, le 22 ao ucirc;t 2002, alors qu #39;il doit compara icirc;tre  agrave; Caen (Calvados) pour le vol d #39;objets de bricolage. (MYCHELE DANIAU / AFP)
Franceinfo - AA

Martine Veys, qui a témoigné lundi sur franceinfo, a été aux côtés de Patrick Henry depuis sa libération pour raisons médicales en septembre, jusqu'à sa mort.

"Malgré la douleur physique importante, il a eu des vrais moments de bonheur. Il a été très entouré", a confié, lundi 4 décembre sur franceinfo, Martine Veys, une amie proche de Patrick Henry mort dimanche. Ce dernier est décédé au CHU de Lille d'un cancer du poumon, à l'âge de 64 ans. Depuis sa suspension de peine le 16 septembre, Martine Veys a été aux côtés de celui qui a été condamné en 1977 à la perpétuité pour le meurtre d'un enfant. Elle a notamment aidé Patrick Henry a trouver un logement.

Depuis sa libération pour raisons médicales, "il n'a pas eu un regard hostile, une seule fois. Il était très changé physiquement par la maladie", a raconté Martine Veys, qui a noué des liens avec Patrick Henry lorsqu'elle était visiteuse de prison au début des années 90

Le rejet, puis les problèmes de santé

Patrick Henry a été "anéanti par le rejet" de sa demande de libération conditionnelle "par la cour d'appel en 2016", a confié Martine Veys. C'est à partir de ce rejet "qu'il a commencé à avoir des problèmes de santé. Il a arrêté de se battre dans l'espoir de sortir. Il n'est sorti que par la maladie", a raconté Martine Veys. Cette dernière a même parlé d'un homme "maudit", dont le "nom véhicule la haine" (...)

Lire la suite sur Franceinfo

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016