VIDEO. Un comprimé fera-t-il oublier à Emmanuelle l'attentat de Nice ?

Franceinfo - AA

Que faire contre le stress post-traumatique qui rend la vie impossible aux victimes ou témoins d'attentat ? "Envoyé spécial" a suivi trois patients au long d'un protocole de soins extraordinaire. Dans cet extrait, voici la première séance d'Emmanuelle, qui a échappé de peu au camion fou de Nice, le 14 juillet 2016.

Comment soigner le stress post-traumatique des rescapés des attentats, arrêter le film d'horreur qui tourne en boucle dans leur tête ? Un comprimé suivi de la lecture d'un récit des faits, c'est le principe de la thérapie révolutionnaire mise au point par un chercheur canadien. "Envoyé spécial" a suivi trois patients au long de ce protocole de soin extraordinaire.

Il est 15 heures au CHU de Nice. Emmanuelle entre dans la salle où l'attendent deux médecins. Elle avale deux comprimés de propranolol, un bêtabloquant. Puis commence la lecture du récit qu'elle a couché par écrit. "En marchant, je vois un camion blanc, un vieux modèle, sur le trottoir, bondé. Le camion zigzague, il va de gauche à droite, et de droite à gauche."

"Le bruit des corps qui percutent le camion"

Emmanuelle lit, et sa voix se brise. "Je vois les gens se faire percuter, ils volent. J'entends le bruit des corps qui percutent le camion." Au bord des larmes, la jeune femme réussit à maîtriser son émotion pour poursuivre sa lecture : "Je ne sais pas où me réfugier pour éviter le camion. Tout se passe au ralenti (...)

Voir la vidéo sur Franceinfo

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016