Villas corses sur un site protégé : un cas "tout à fait emblématique"

La baie de Rondianara,  agrave; Bonifacio, en Corse-du-Sud. nbsp; (MAXPPP)
Franceinfo - AA

Pour la journaliste d'investigation indépendante, Hélène Constanty, ce qui est choquant dans l'affaire des villas de Pierre Ferracci c'est "qu'il suffit de payer une amende d'un million d'euros, et le tour est joué".

Une nouvelle manifestation a lieu dimanche 13 août en Corse-du-Sud pour réclamer la démolition de deux villas appartenant à l'homme d'affaires Pierre Ferracci, proche du président Emmanuel Macron. Ces villas sont situées dans la région de Bonifacio et ne sont pas conformes au permis de construire qui avait été accordé. L'homme d'affaires a été condamné en première instance et en appel à une amende d'un million d'euros. Mais la justice n'a pas ordonné la démolition des maisons.

Selon Hélène Constanty, journaliste d'investigation indépendante et auteure de Corse, l'étreinte mafieuse (éd. Fayard, 2012), ce cas "est tout à fait emblématique" d'un problème plus général en Corse. "Ce qui choque énormément, c'est qu'il suffit d'être très riche, d'avoir des relations et on peut s'affranchir de toutes les règles d'urbanisme", a-t-elle affirmé dimanche sur franceinfo.

franceinfo : Est-ce-que ce dossier est révélateur d'un problème plus important en Corse ?

Hélène Constanty : Il est tout à fait emblématique. Le site sur lequel ces maisons ont été construites est un des sites les plus protégés en Corse et absolument magnifique dans la région de Bonifacio.

Ce qui choque énormément, c'est qu'il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016