Zapping politique : "Si mon mari ne m'avait pas un peu harcelée...", la sortie de Sophie de Menthon

 (Capture d #39; Atilde; copy;cran CNews)
Capital - AA

Dans le zapping politique du jour, retrouvez notamment la réaction de Sophie de Menthon, signataire de la tribune réclamant "une liberté d'importuner".

La tribune publiée mardi sur le site du Monde par un collectif de femmes, dont la plus connue est sans aucune doute Catherine Deneuve, fait réagir. Dans ce texte, les auteures s'élèvent contre le "puritanisme" actuel et défendent "une liberté d'importuner, indispensable à la liberté sexuelle". Une position défendue depuis par certaines des signataires, comme vous le pouvez le voir dans le zapping politique en tête de cet article. Et la phrase du jour est signée Sophie de Menthon, présidente du mouvement ETHIC. "Si mon mari ne m'avait pas un peu harcelée, peut-être que je ne l'aurais pas épousé", a-t-elle ainsi déclaré sur CNews.

Une vision à laquelle s'est opposée Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, invitée ce mercredi matin sur France 2. "C'est peut-être ne pas bien percevoir ce que beaucoup de femmes peuvent vivre au travail, dans les transports", a-t-elle réagi, questionnée sur la tribune publiée dans le quotidien du soir. Ce n'est pas la première fois que les propos de Sophie de Menthon suscitent la polémique. En 2015, cette ancienne membre des Grandes gueules avait par exemple twitté qu'"être sifflée dans la rue est plutôt sympa".


ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016