Cantine scolaire : à Besançon on manque de place pour accueillir les élèves

Si, en moyenne, 30 % seulement des coll eacute;giens ne sont pas inscrits  agrave; la cantine, c rsquo;est le cas de pr egrave;s de 60 % d rsquo;entre eux en  eacute;ducation prioritaire, selon une enqu ecirc;te du Cnesco. (MAXPPP)
Franceinfo - AA

La ville de Besançon (Doubs) affirme ne pas avoir les moyens pour agrandir ses cantines. La justice a cependant affirmé, jeudi, que le manque de place ne pouvait justifier l'exclusion d'un élève.

Chaque matin, pendant quatre mois, Céline Guyon a craint que son fils de 7 ans, Baudoin, ne puisse pas manger à la cantine de son école. "Je me demande un peu si ça va tenir, s'il y aura tolérance, si je vais pas avoir un coup de fil à 11h30 pour me dire que mon fils est sur le trottoir", explique cette mère de famille. Une crainte liée à une inscription déposée trop tardivement dans une commune ou les places de cantines manquent. Baudoin était seulement toléré au réfectoire, jusqu'à son exclusion il y a quelques semaines.

Manque de moyens

Céline Guyon a alors porté l'affaire devant les tribunaux, une affaire très suivie. Car à Besançon (Doubs), 300 enfants sont privés de cantine. Le jugement a été rendu jeudi 7 décembre, dans l'après-midi. Pour le tribu, le manque de place ne peut pas justifier l'exclusion d'un élève. La ville de Besançon assure ne pas avoir les moyens d'agrandir ses cantines. Un problème qui concerne beaucoup de mères. "Lorsqu'on nous demande d'accueillir l'ensemble des enfants, ça a un coût et il ne faut pas que par ailleurs on nous disent que nous dépensons trop et qu'on nous prive de ressources comme avec la suppression de la taxe d'habitation par exemple", explique Philippe (...)

Voir la vidéo sur Franceinfo

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016