Pourquoi le TGV est devenu un luxe en France

Alain Vidalies pose  agrave; c ocirc;t eacute; de la nouvelle ligne de TGV L #39;Oceane, le 11 d eacute;cembre 2016  agrave; Paris | MEHDI FEDOUACH / AFP
Slate - AA

La vitesse a un coût, donc un prix. Et lorsque la vitesse augmente, les tarifs suivent. Il était donc prévisible que la mise en service en juillet prochain des TGV de la ligne «Océane» vers Bordeaux et de la ligne «Armorique» à Rennes, vingt-huit ans après le TGV Atlantique, se traduise par une augmentation des tarifs sur ces destinations.

Pour un gain de temps de 35 minutes entre Paris et Rennes et de 70 minutes entre Paris et Bordeaux, la SNCF commercialise depuis le 15 mars des billets TGV moyennant une hausse de 6 euros dans le premier cas et de 10 euros dans le second pour un trajet simple en première classe payé plein tarif. Soit environ 15% de hausse sur la base d'un tarif à 67 euros pour Bordeaux. Un saut quantitatif important; tout dépend de la valeur que l'on donne au temps gagné.

Toutefois, compte tenu des modulations tarifaires qui prennent en compte les horaires des trajets et les jours ainsi que les délais de réservation, il ne s'agit là que d'une moyenne sur les tarifs de base. Par exemple, la SNCF met en avant une offre pouvant descendre à 45 euros pour Bordeaux et 35 euros pour Rennes. Mais il s'agit de tarifs sur les trains... les moins demandés.

Car, à l'inverse, elle propose déjà aujourd'hui des trajets Paris-Bordeaux à 85 euros en deuxième classe à certaines heures de pointe pour un billet acheté la veille, ce qui portera le coût du trajet à près de 100 euros plein pot avec les futurs TGV! Et sur le trajet Paris-Rennes où certains tarifs en deuxième classe sans réduction atteignent déjà 80 euros, on dépassera 85 euros. Enfin, pour un billet de première classe, compter jusqu'à 30 à 40% en plus. Certes, des billets sont aussi proposés à des tarifs moins élevés... mais sur des créneaux horaires par définition ...

Lire la suite sur Slate.fr

ANNONCES SHOPPING

    Copyright © 2016