Jérusalem, la ville qui rend fou

?Le Mur des Lamentations et le d ocirc;me du Rocher | Paul Arps via Flickr CC License by
Slate - AA

Je souhaite bien du courage aux diplomates américains: devoir quitter les riantes plages de Tel Aviv pour aller s'enfermer dans une ville aussi austère que Jérusalem n'a rien d'un cadeau de Noël. Autant poser sa démission de suite et attendre le début de l'apocalypse attablé à une terrasse de la rue Dizengoff.

Jérusalem, pour ceux qui l'ignoraient encore, est une ville de fous, hantée par des fous, visitée par des fous et qui finit par rendre fou.

Aridité

Déjà, il n'y a point d'eau.

Vous aurez beau marcher pendant des heures tout le long de la ville éternelle, la traverser dans tous les sens, inspecter ses moindres recoins, visiter ses quartiers les plus reculés, vous ne dénicherez ni rivière, ni lac, ni fleuve, ni mer, ni océan, ni une simple mare d'eau où laisser barboter vos pieds meurtris.

J'ignore qui a eu l'idée de dire un jour «cette ville sera celle où j'établirai mon royaume», mais c'était soit un pervers, soit un idiot, soit un illuminé, soit les trois à la fois, car enfin, songer à établir son campement dans une ville dépourvue de tout point d'eau alors qu'elle est baignée en permanence d'un soleil de feu revient à bâtir une prison face à une école, un bordel dans la cour carrée d'un couvent, un opéra au niveau d'un péage d'autoroute: un contresens absolu qui, s'il possède quelque origine divine, en dit long, très long sur la santé mentale de celui censé présider à nos destinées.

Guère étonnant après cela que la ville soit peuplée d'hérétiques, de maboules, d'hystériques, de dératés du cerveau qui pensent apercevoir Dieu à chaque fois qu'ils descendent acheter leur pain, quand ce n'est pas au retour d'une visite au cimetière. Des cimetières si omniprésents dans l'architecture de la ville que les vivants finissent par se demander si la vie vaut vraiment la peine d'être vécue.

À LIRE AUSSI Jérusalem reconnue ...

Lire la suite sur Slate.fr

ANNONCES SHOPPING

X fermer la publicité
    Copyright © 2016